Les Brèves de Talenquère... La course landaise honorée au Festival del Corazon

Maria Terrak / Photos Sandrine Bétuing


Le mundillo et les afficionnados ont répondu avec le cœur en participant à ce festival annuel alliant des toros et  la recherche, pour lutter contre la première cause de mortalité au monde, que sont les maladies cardio-vasculaires. Des novillos-toros de La Ventana del Puerto, Puerto de San Lorenzo, Mercedes Pérez-Tabernero Montalvo ont été lidiés par  Ruiz Miguel, Javier Conde, Manuel Escribano, Thomas Dufau, Damian Castaño, Michelito et Diego Fernandez,  por la tarde.

Qui pouvait imaginer que la course landaise y serait également représentée pour honorer la cause et le public de cet art landais ? Le matador de toros français, et de surcroît montois, Thomas Dufau, a souhaité partager sa sortie avec le torero landais Emmanuel Lataste.

C’est au son de l’Encantada, jouée par la peña El Violin de Samadet, très en verve dans cette ambiance festivalière, que se prépare  la sortie du quatrième novillo de Ventana del Puerto. Laurent Deyris s'avance, mouchoir à la main pour accueillir l'animal. 

Le placement vers le refuge a peine effectué, Jean François Deyris et le sauteur se projettent dans l'arène dans une symétrie et une synchronisation parfaite. Emmanuel défie la charge de l'animal et effectue un saut périlleux vrillé, qui  aura soulevé étonnement, émotions et une marée d'applaudissements.

 

C’est un peu cette même alegria qui anima Thomas Dufau qui lidia ensuite ce toro, le meilleur de l'après-midi, honoré d'une vuelta posthume.

Serein, relâché et souple, il débuta sa faena  par cambiadas au centre, avec un bel enchaînement. Il offrit un toreo approfondi, avec temple et une grande maîtrise, communiquant avec le public.

Et lorsque la peña commença à jouer au début de sa faena, il prit l'initiative de l'interrompre pour lui demander de jouer une nouvelle fois l'"Encantada". Malgré une première épée traversante, une deuxième bonne estocade fit tomber les deux oreilles.

   

Merci à ces deux toreros d'honorer l'art taurin landais dans chacune de ses sensibilités. Ils nous rappellent également l'origine commune de ces deux disciplines et leur propre évolution à partir du XXe siècle. La tradition landaise de « courir le taureau » s'est en effet perpétuée de deux façons : la tauromachie espagnole dans les villes assez importantes pour pouvoir la promouvoir ainsi que la course landaise dans de nombreux villages..... Faisons le vœu que nos toreros de coeur aient éveillé et conquis la curiosité, le respect ou l'intérêt de quelque uns qui viendront rejoindre le public de nos rendez-vous et de nos manifestations coursayres.

Vous pourrez voir des images de ce festival en cliquant sur le lien suivant : http://spide64.e-monsite.com/pages/tauromachie-espagnole/fiesta-campera/cat-2015/09-05-15-mt-de-marsan.html Merci à Spide64 de nous offrir ces belles images