Le Billet du Jour. Au bord du gouffre

Mes chers amis, 

C'est du fond de mon lit d'hôpital que je vous écris. Après l'article que j'avais publié avec Vincent Moulia au sujet des élections fédérales et dans lequel nous pronions l'unité, j'avais annoncé que je n'ecrirais plus sur ce sujet. Malheureusement, la campagne électorale se déroule dans des conditions que je condamne avec force et je tiens ce jour à vous dire ma désapprobation et mon dégoût.

Oui il fallait l'unité car nous sommes tous sensés défendre la même chose, notre tradition de la course landaise, aujourd'hui menacée, par l'urssaf, par les problèmes d'organisation liés aux conditions sanitaires, demain aux problèmes de l'ibr, et puis la survie des ganadérias, les problèmes de communication, sans compter les anti tout et tant de choses encore.

On attendait donc que tous se réunissent dans ces combats pour les affronter avec force et conviction. Et qu'est-ce qu'on a à la place, un punching-ball d'un autre temps dont je ne saurais définir le pourquoi et le comment. Certains parlent d'egos, d'autres de programmes, mais il existe aussi des vengeances et bien d'autres raisons écœurantes qui conduisent à ce climat malsain. On en est même venus à faire appel à des avocats !!

Quelle tristesse, quelle gabegie, quel écœurement de ma part ! C'est ça la famille course landaise dont j'ai entendu parler depuis tout gosse ?

Je ne sais pas quelle sera la suite de tous ces errements, de tous ces aveuglements, mais ce que je sais c'est que la course landaise a tout à y perdre. 

Course Landaise Magazine avait des projets... mais dans ces conditions je ne les mènerai pas. Notre Magazine restera près des acteurs, près des comités et près des lecteurs qui nous font confiance. Mais travailler dans les conditions actuelles de cette élection, jamais de la vie. 

Michel Puzos 

 

Commentaires

  • 20100
    • 1. 20100 Le 18/04/2021
    M. Salomon, comme nous nous y étions engagé 6 questions ont été envoyées aux deux candidats. L'idée était de faire une interview croisée des deux candidats têtes de liste sur Course Landaise Magazine, modeste média coursayre. Nous pensions ainsi prendre part à cette "vie démocratique" et donner la parole de façon équitable et égalitaire. Notre rôle reste d'informer, avec les informations que l'on veut bien nous partager et participer à communiquer sur notre beau sport gascon.
    Nous devrions déjà avoir publiées les réponses, ce qui aurait permis d'amener un peu d'actualité et de vie à ce site. Etant donné le contexte nous avons accordé un délai supplémentaire aux deux candidats.
    A aujourd'hui, le délai est écoulé et il nous manque les réponses de M. Capuch. Dès que nous les aurons reçues, nous publierons l'intégralité des réponses et vous partagerons tout cela.
    Comme dit plus haut, nous essayons d'assumer le rôle que nous nous sommes donné avec rigueur et justesse. Tout commentaire nuit à l'information. L'objectivité et l'impartialité sont au coeur de notre démarche au service de la Course Landaise.
    Pour autant, le manque d'informations nous pousse dans nos retranchements. De nouveaux reportages sont en cours ainsi qu'un gros travail de recherche d'archives vidéos afin de pouvoir garnir nos colonnes et offrir du beau contenu à tous nos abonnés.
    Faisons briller la Course Landaise tous ensemble, elle en a bien besoin !
    Vincent Moulia
  • DIDIER40
    • 2. DIDIER40 Le 17/04/2021
    Vous parlez de vie démocratique ? Mais à ce jour, une seule liste à fait ses réunions, la seconde s'apprétait à le faire, avant le 3e confinement. Et pour avoir assister à une réunion, j'ai été surpris du peu de comités ou clubs présents, et surtout du peu de communication promis par cette liste, afin de rectifier certaines choses demandées par les acteurs. Il est vrai, que le programme est trés bien présenté, bien marketé, bien préparé, c'est un fait indiscutable. Mais, pour avoir échanger lors de cette réunion à Pomarez, de nombreux points de ce programme existent déjà, et sont, à leur initiative formalisé. Par contre, de nombreux points interrogent et mériteraient qu'il y est, pourquoi pas, un vrai face à face des 2 présidents de ces listes, lors d'un vrai débat . Et je trouve que la suspicion continuelle, à travers des remarques, des questionnements, des écrits, nuisent à une bonne qualité de cet vie démocratique. Il y aurait beaucoup à dire, avec les prises de positions de certains de nos politiques, d'un ancien pdt de la FFCL, et de sous-marins aigris et revanchards, en faveur de la liste concurrente...Mais peu sur les travaux éffectués de février 2020 à Mars 2021, par les membres qui se sont mis autour d'une table pour trouver une solution aux problêmes liés à l'URSSAF. Nous pensions que l'unité était acquise, Les clubs et comités doivent prendre les choses en mains pour demander un apaisement général, et pourquoi pas redemander cette union sacrée nécessaire et indispensable. Mais cela semble t-il être utopique dans notre microcosme régional ? Les destructeurs invisibles mais identifiés, les promesses électorales de certains, ne sont pas de nature à aller dans ce sens. Pour ma part, je ne suis membre d'aucun club organisateur, simplement fervent passioné de notre culture et sport régional. Et ce n'est que cette passion qui me fait réagir, quelquefois dans l'excés, surtout quand l'irrespect, à mots couverts et discrets, est présent.
    Didier Salomon
  • legascon
    • 3. legascon Le 16/04/2021
    Chers amis, on cultive la dictature de la pensée?.. Lorsque je vois "énarques, avocat, comptable et autres "venus d'ailleurs" dans une entreprise ou autres, je médite via mon expérience. Il ne faut pas creuser le trou avant
    Armel Lacaule
  • 20100
    • 4. 20100 Le 16/04/2021
    Bonjour,
    Je n'irai pas à l'encontre de ce que nous avons déjà écrit Michel et je suis d'accord avec ce qu'écrit M. Dané.
    Il y a deux listes c'est regrettable. Pour autant, cela fait émerger deux programmes, des réunions aux quatre coins du globe coursayre (qui devrait cesser de tourner autour de son petit nombril mais c'est un autre sujet, M.Dané a exprimé l'idée la plus grave), des vidéos, des publications... Une vie démocratique de campagne s'est mise en place, ce qui semble quand même exceptionnel alors que ces élections ont lieu tous les 4 ans... Jusque-là on faisait comment ? Apparemment pas ce genre de choses.

    Pour le reste, il manque sans doute des informations pour que le monde puisse comprendre. Peut-être que Course Landaise Magazine pourrait essayer de décrypter le processus électoral ? ;)

    Vincent MOULIA
  • arthur640
    • 5. arthur640 Le 15/04/2021
    La division entre gens qui se prétendent être des défenseurs de la course landaise , fait la force des anti courses, anti tout !
    L'union fait la force et sert de rempart face aux attaques diverses et variées , la division et la désunion donnent de la force et encouragent tous les détracteurs de notre sport favori .
    Comment est ce possible que l'an passé, tant de personnes étaient unis à Mont de Marsan pour défendre la course landaise qui était menacée par les mesures stupides de l'URSSAF , et qu'aujourd'hui, certaines de ses personnes s'affrontent pour des questions d'égo, de " pseudo pouvoir " en oubliant l'essentiel : Protéger et préserver la course landaise ?
    A l'heure actuelle, avec tous les mouvements qui se créent pour défendre les animaux , faisant l'amalgame de la maltraitance et des divers sports ou traditions tauromachiques, avec toutes les mesures que vont nous pondre toutes les têtes pensantes sur les questions sanitaires des élevages, ne devrait on pas laisser de côté notre orgueil, nos intérêts personnels , que sais je encore , pour se concentrer de manière unie, efficace et sérieuse sur le devenir de la course landaise et sa pérennité ?
    Une fois les élections passées, les problèmes sanitaires , URSSAF et autre seront toujours présents , sans oublier les anti courses les "pseudo protecteurs des animaux " qui auront profité de ces chamailleries stupides pour prendre de la force et se montrer encore plus agressifs envers les sports tels que la course landaise et les corridas ou toutes manifestations impliquant la présence d'animaux ; il n'y a qu'à se rappeler de notre cher ami NAGUY qui, vexé par le fait d'avoir été contrarié dans son projet d'Interville sans vache avait fait une publicité d'enfer contre les éleveurs , profitant de sa notoriété pour faire passer tout type de mensonges de manière à discréditer tous ceux qui consacrent leur vie à élever les vaches courageusement .
    Est ce que ces élections méritent réellement que nous prenions le risque de donner du grain à moudre à ce genre d'individu , ou ne vaut il pas mieux rester uni et oeuvrer ensemble pour que la course landaise continue de vivre, que les générations futures puissent hériter de ce sport dans les meilleures conditions possibles ?
    Jean-Claude DANE
  • esambk
    • 6. esambk Le 15/04/2021
    Bonjour Michel
    Très bonne synthèse de la situation que j'ai du mal à comprendre, du moins de par l'affichage de la négativité de la cohésion.
    Peut-être que l'espoir de sortie de crise entraînera un élan de réflexion raisonnable.
    Courage à vous et bon rétablissement.
    Bernard LABAT