SPECTACLES BOLETERO

  • Compte Rendu. Dax le 10 Septembre : Toro Emocion

    Dax toro emocion

    Panoramique des arènes de Dax. Thomas Lamagnère

    Aurélien   Compte Rendu  Aurélien Mondine

    CR

    Le club taurin Boletero nous donnait rendez-vous vendredi soir dans les arènes de Dax pour le spectacle Toro Emoción, défi franco-espagnol de tauromachies a cuerpo limpio devant 9 toros d’origine Pagès-Mailhan, Garcigrande et Domingo Hernandez. Une équipe de forcados portugais avait également fait le déplacement afin de faire une démonstration de leur art face à deux toros.

    Les commentaires de la soirée sont assurés par Lionel Salaverria, l’animation musicale étant à la charge du Pafin’Hot Band de Mimizan.

    L’équipe française est composée des écarteurs Baptiste Bordes et Thomas Marty, des sauteurs Dominique Larié et Kévin Ribeiro et du recortador Mika Romero.

    L’équipe espagnole est composée du quebrador Aaron Grande, des recortadores Jose Manuel Medina « Zorillo » et Christian Moras et des saltadores Eusebio Sacristan « Use » et Pakito Murillo Parra.

    Nicolas Vergonzeanne et Denis Coll sont en charge du travail de piste.

    Toronto (origine Pagès-Mailhan) lance la soirée avec un mano a mano dans la spécialité des recortes. Jose Manuel Medina et Mika Romero se défient dans 5 figures chacun, principalement sur la corne droite de leur adversaire. Avec un travail supérieur de « Zorillo », c’est l’Espagne qui remporte ce premier défi.

    Pulgarcito (origine Pagès-Mailhan) est réservé aux sauteurs landais. Après un choc contre un refuge en début de sortie, il obligera Kévin Ribeiro et Dominique Larié à changer d’axe afin de pouvoir exécuter leurs sauts : un vrillé, un périlleux et un périlleux avec enchaînement pour Kévin, un saut de l’ange et 2 sauts vrillés pour Dominique. Ils ajoutent un saut de l’ange en duo.

    Emocionado (origine Garcigrande) est réservé aux voltigeurs espagnols. Pakito Murillo Parra et Eusebio Sacristan s’en sont donnés à cœur joie au-dessus d’un toro venant les chercher sur leurs passages. 6 sauts vrillés et un saut de l’ange pour Pakito, 5 sauts vrillés en prenant parfois de gros risques pour Use. L’équipe de forcados « Tertulia Tauromatica do Montijo Cabo Luiz Carrillo » réussissent leur première pega de la soirée.

    Le défi des sauteurs est remporté par les saltadores espagnols.

    Boletero (origine Domingo Hernandez) croise sur sa route Thomas Marty qui signe 7 écarts en alternant les deux cornes, brillant à gauche à deux reprises et terminant très fort, toujours sur cette corne, en signant un superbe écart, certainement le meilleur de la soirée.

    Malacara (origine Garcigrande) est travaillé par le jeune Aaron Grande pour 7 quiebros bien exécutés. Christian Moras assure un relais avec un quiebro de rodillas faisant réagir les spectateurs.

    D’une courte majorité, ce sont les quebradors espagnols qui s’imposent.

    Visitador (origine Pagès-Mailhan) sort pour l’équipe française dans le défi des sorties libres. Baptiste Bordes signe 5 écarts appréciés, terminant fort au ras des planches. Kévin Ribeiro s’envole pour un saut de l’ange et un saut vrillé tandis que Dominique Larié fait ses adieux au public avec un saut de l’ange et surtout une magnifique rondade périlleux arrière. Mika Romero et Baptiste Bordes viennent tourner une figure à deux suivie d’un saut de l’ange de Kévin Ribeiro. Sur le retour, Kévin s’envole pour un pieds joints suivi d’une nouvelle figure en duo de Mika et Baptiste et d’un saut à la course de Nicolas Vergonzeanne. Pour terminer cette sortie festival, Baptiste Bordes et Thomas Marty exécutent un écart en duo suivis par les sauteurs Kévin Ribeiro (saut à la course), Dominique Larié (saut de l’ange) et Nicolas Vergonzeanne (saut de l’ange).

    Raposo (origine Pagès-Mailhan) est réservé aux espagnols pour une sortie libre. Il est attendu par Christian Moras pour un recorte à la sortie du toril, il reviendra en exécuter deux supplémentaires au cours de la sortie. Eusebio Sacristan joue sur deux spécialités avec 2 recortes et 7 sauts vrillés. Jose Manuel Medina effectue 2 recortes lui aussi, Pakito Murillo Parra s’envole pour 5 sauts vrillés et un saut de l’ange. Aaron Grande se signale avec un quiebro supérieur sur la corne droite du toro. Les forcados arrêtent leur adversaire à trois reprises, même s’ils ont été chahutés lors de leur second essai.

    Ce sont les français qui remportent le défi.

    Maquina (origine Garcigrande) est réservé à un défi des sauteurs Kévin Ribeiro et Pakito Murillo Parra. Se rendant coup pour coup, ils nous ont proposé une série de qualité avec pour chacun un saut de l’ange, deux sauts vrillés, un saut périlleux et une rondade (où ils ont involontairement montré leur aisance à bien se rattraper après une réception difficile). Kévin a rajouté un saut pieds joints intégral tandis que Pakito a préféré s’envoler pour un saut vrillé avec seulement quelques pas d’élan. Ils ont également proposé un saut à deux avec un périlleux suivi d’un enchaînement pour Kévin et un saut de l’ange pour Pakito.

    Le double champion de France des sauteurs remporte les suffrages du jury pour ce défi.

    Testarudo (origine Garcigrande) terminait cet affrontement franco-espagnol avec un défi d’écarts et de quiebros pour Baptiste Bordes et Aaron Grande. Signant chacun 3 figures de qualité, c’est Baptiste qui remporte cette ultime confrontation, certainement au bénéfice d’un très bel écart sur le saut.

    Ex-æquo à l’issue de la soirée, il était venu le temps pour les deux équipes de fêter la despedida de Dominique Larié en lui offrant un dernier tour de piste a hombros et une sortie par la grande porte bien méritée pour saluer ces vingt années passées à faire briller la course landaise et la discipline du saut en France et en Espagne, que ce soit en compétition officielle (avec en point d’orgue son titre de champion de France 2010) ou dans ses défis face aux toros.

    La soirée s’est terminée entre ombre et lumière, d’abord au centre de la piste avec un hommage aux « toreros de la Lune » signé Julien Lescarret, Jérémy Banti et Jonathan Veyrunes qui ont toréé un jeune novillo avec des capes blanches, lumières éteintes. C’est un feu d’artifice dans et hors des arènes qui signifiait la fin du spectacle.


    Frédéric Laussu

  • Reportage (Compte Rendu). Nogaro le 14 Juillet : La Vuelta

    Aurélien   Compte Rendu  Aurélien Mondine

    CR

    Traditionnellement réservé à la journée de la corne d’or, ce 14 juillet était donc particulier pour les arènes de Nogaro, privées de cette compétition phare de la temporada. La municipalité et le club taurin ayant décidé de maintenir un rendez-vous coursayre en ce jour de fête nationale (en attendant celui du 15 août avec la formation Deyris), ils se sont donc alliés au club taurin Boletero afin de recevoir la première étape de la Vuelta, compétition opposant sur plusieurs dates écarteurs de formelle et de seconde.

    Même si on était évidemment loin de l’affluence traditionnelle, c’est une bonne entrée (environ 900 spectateurs) qui est venue récompenser les organisateurs. Le spectacle en piste fut également de qualité, les acteurs s’engageant dès les duels éliminatoires et profitant tout au long de l’après-midi des galops des coursières de la Dal (Michel Agruna) et de la Mecque (Christophe Lacoste), avec en tête leurs fleurons respectifs Soltéra et Espéranza. L’entraînement était assuré par Jean-François Deyris, Serge Junca et Christophe Lacoste, Bernard Lansaman et Laurent Deyris tenant leur bétail respectif. Nicolas Vergonzeanne était en charge du travail de piste et des placements des acteurs.

    Didier Goeytes assurait les commentaires du spectacle, animé musicalement par les locaux de la Chicuelina. Pas de pointage pour désigner les vainqueurs de chaque duel, mais un jury chargé de désigner leur coup de cœur respectif à chaque fois et composé de Nathalie Barrouillet (conseillère départementale), Philippe Ribaut (président du club taurin de Sarragachies), Eric Artiguelongue (correspondant pour la Dépêche du Midi), Delphine Bréant (présidente du club taurin Darrigada de Cazaubon), Thiery Bergamo (triple champion de France des écarteurs), Alain Périn (coursayre bien connu de Nérac) ainsi que d’un jeune coursayre.

    Le spectacle débute par la sortie de 4 coursières de la Mecque pour une série de duels éliminatoires, 4 écarts pour chaque acteur à effectuer par sortie. Le tirage au sort effectué à l’issue du paseo oppose un écarteur déjà titré à un écarteur sans palmarès individuel.

    • Vaiana voit une belle opposition entre Fabien Gontero et Julien Guillé, chacun brillant sur 3 attaques. C’est Fabien qui est désigné vainqueur.
    • Esméralda permet à Rémi Latapy de tourner 2 écarts supérieurs et de prendre le dessus sur Lucas Larrieule, auteur de 2 belles premières attaques mais chahuté en fin de sortie.
    • Avispada sort pour être opposée aux deux benjamins de la compétition. L’ancien champion de France Gauthier Labeyrie prend la parfaite mesure de cette coursière et tourne 4 écarts de qualité, le second excellent, le dernier précédé d’un tourniquet. Le tout jeune Jules Lorreyte ne se qualifiera pas pour la suite mais laissera entrevoir de belles promesses avec une très bonne réussite à son second passage.
    • Navarra est débutée par Damien Lucbernet qui réussit deux bons passages mais qui doit s’incliner face à Mathieu Noguès, auteur d’un premier et d’un troisième écart supérieurs.

    Maya de la Dal est réservée aux sauteurs Guillaume Vergonzeanne (un saut de l’ange et une légère touche sur un saut pieds-joints), Kévin Ribeiro (un saut de l’ange et 2 sauts périlleux) et Lucas Laferrère (un saut vrillé et un saut de l’ange). Leur aîné ayant rejoint les gradins pour gérer la sonorisation de la suite du spectacle, Kévin et Lucas terminent la sortie par un saut de l’ange en duo.

    Les 4 écarteurs qualifiés sont ensuite chacun opposés à une vache sans corde avant de se retrouver en duel sur une coursière encordée.

    • La première vache sans corde (ganaderia de la Mecque) est travaillée par Fabien Gontero pour 6 écarts avec une touche au troisième. Pas spécialiste de ce genre d’exercice, il parviendra toutefois à tourner deux jolies figures à droite en fin de sortie, après un relais pris par Kévin Ribeiro pour un saut de l’ange.
    • Excellent feinteur, Rémi Latapy tombe en plus sur une superbe vache sans corde amenée par Christophe Lacoste, certes exigeante comme elle lui a signifié dès le premier écart à droite mais qui lui permettra de réaliser deux superbes feintes sur sa corne gauche. 6 écarts au total, agrémentés d’un saut de l’ange de Kévin Ribeiro.
    • C’est la sérieuse Espéranza qui vient conclure leur duel. Fabien Gontero la débute mais sera violemment pris sur son second écart, la coursière ayant fait le tour. Rémi Latapy suit et tourne un bel intérieur. Attaquée en fin de sortie sur sa corne gauche, où elle a des départs plus rectilignes mais sans être plus facile sur l’écart, elle permet à Fabien de prendre une belle revanche avant de le faire chuter. Rémi chute à son tour mais termine sur une belle note, il se qualifie pour la finale.
    • La première vache sans corde de la Dal permet à Gauthier Labeyrie de tourner 8 écarts avec 3 belles attaques et une touche à droite, Lucas Laferrère apporte de l’émotion sur son saut vrillé et son saut de l’ange, salués par la coursière.
    • La solide seconde pensionnaire de Michel Agruna met un peu de temps avant de battre la piste mais une fois la sortie bien lancée, Mathieu Noguès profite de sa corne droite pour briller avec deux belles attaques et surtout un quatrième superbe écart sur le saut dont il a le secret. 6 figures au total, Lucas Laferrère ajoutant un saut vrillé.
    • Curiosa, toujours à la devise jaune et noire, leur est réservée pour 4 écarts chacun, sans toutefois qu’ils trouvent totalement la bonne mesure de cette solide coursière. C’est Gauthier Labeyrie, auteur d’un bon troisième passage, qui est désigné vainqueur de ce duel.

    Avant la finale, Vanessa (ganaderia de la Mecque) est réservée au festival des sauteurs. Lucas Laferrère débute par un saut de l’ange, Kévin Ribeiro ajoute un saut périlleux avec enchaînement puis un saut périlleux avec une très belle réception. Guillaume Vergonzeanne prend le relais pour un saut pieds-joints suivi d’un vrillé de Lucas Laferrère. Ce dernier revient pour un saut périlleux suivi d’un saut de l’ange de Guillaume Vergonzeanne et de sauts à la course de Kévin Ribeiro et Nicolas Vergonzeanne. Lucas ajoute un saut vrillé suivi d’un saut de l’ange de Nicolas. Dernier départ en file indienne avec des sauts pieds-joints de Kévin et Guillaume, un saut de l’ange de Lucas et un saut à la course de Nicolas.

    Gauthier Labeyrie et Rémi Latapy se disputent donc la finale sur trois coursières de la Dal, toujours avec 4 écarts chacun par sortie.

    • Ramunchita débute ce duel, Gauthier parvenant à sortir un second et un quatrième écart de qualité, Rémi n’étant pas en reste avec un troisième passage supérieur.
    • On passe à la vitesse supérieure avec Nadau qui permet aux deux finalistes de briller sur toute la sortie, avec une mention pour l’attaque à la sortie des loges de Rémi et pour la très belle seconde figure de Gauthier.
    • La corne d’or Soltéra vient conclure cette finale avec une série des plus appréciées, Gauthier Labeyrie réussissant un second et un quatrième écart supérieurs. Rémi Latapy sort le grand jeu et brille dans toutes ses attaques, la première et la troisième vraiment superbes. En attendant les résultats, Kévin Ribeiro termine le spectacle par un beau saut périlleux.

    Sans surprise, c’est Rémi Latapy qui sort vainqueur de ce duel engagé et apprécié par les spectateurs avec 5 voix contre 2 pour Gauthier Labeyrie.

    La Vuelta a donc son premier lauréat à l’issue d’une belle après-midi coursayre, rendez-vous du côté d’Hagetmau pour la seconde étape le 1er août … et à Garlin le dimanche précédent pour voir le vainqueur Rémi Latapy à l’œuvre avec ses collègues de cuadrilla face aux coursières de l’Armagnacaise.

    A suivre... la vidéo 


    Frédéric Laussu

  • Compte Rendu. Dax le 7 Septembre : la Nuit du Toro

    Aurélien   Aurélien Mondine  Compte Rendu

    CR

    Le club taurin Boletero organisait vendredi soir en ouverture du festival Toros y Salsa de Dax son spectacle phare, la Nuit du Toro. Une nouvelle fois le succès populaire a été au rendez-vous puisque les arènes dacquoises avaient fait le plein au moment de l’entrée en piste de deux cavaliers qui ont lancé la soirée accompagnés de rapaces traversant de long et en large la piste et les gradins.

    Les bénévoles du club taurin Boletero rejoignent ensuite la piste pour former une haie d’honneur afin d’accueillir les 11 acteurs qui allaient défier 10 toros cornes nues. L’animation musicale de la partie taurine est à la charge de l’Union Musicale Samadétoise et de leurs collègues de la banda lous Faïences tandis que Didier Goeytes commente la soirée.

    Acteur des plus polyvalents, David Laplace a l’honneur de lancer la soirée face à Salinerito (n°44 – 454kg – origine Astolfi) pour un défi bien à son image puisqu’il devra jongler entre les disciplines du saut et de l’écart. Il attend d’ailleurs son adversaire à la sortie du toril pour un saut de l’ange puis endosse le boléro (qu’il rendra à son père Didier à l’issue de la sortie) pour un écart risqué à droite et 2 écarts à gauche, le second de qualité avant de repasser dans son rôle de sauteur avec un vrillé. Fil rouge de la soirée puisqu’il s’est lancé le défi d’affronter tous les toros, Guillaume Vergonzeanne ajoute un saut de l’ange. David Laplace revient pour 3 écarts à gauche puis 2 sauts de l’ange et un saut à la course.

    Sudanes (n°41 – 502kg – origine Jose Cruz) est un adversaire exigeant dont la corne gauche avertit d’entrée Romain Clavé. La corne droite accepte mieux les feintes de l’écarteur de chez Deyris qui signe 3 écarts supplémentaires avec un bon second sur cette corne et surtout une superbe troisième attaque. Guillaume Vergonzeanne s’envole pour un saut périlleux à risque avant que Romain Clavé ne doive s’employer pour arracher un ultime écart, toujours sur la corne droite de ce toro.

    Du risque il y en avait à revendre avec l’entrée en piste de Malacara (n°92 – 518kg – origine Oliveira). On se souvient de la sortie majuscule effectuée par Thomas Marty lors du dernier festival Art & Courage face à ce même adversaire et du fort salut sur l’envol de Guillaume Vergonzeanne. Toujours enclin à relever des défis plus fous les uns que les autres, Etienne Grenet signe deux magnifiques sauts vrillés, le toro se cabrant à chaque fois. Malheureusement, il sera contré de manière impressionnante sur sa tentative de saut périlleux. Toujours dans son fil rouge, Guillaume Vergonzeanne n’hésite pas prendre la suite et s’envole pour un superbe vrillé. Etienne Grenet tient à venir se venger et s’envole pour un ultime saut vrillé. Le grand courage des deux sauteurs est récompensé par la première vuelta de la soirée.

    Testarudo (n°29 – 545kg – origine La Campana) ne laisse pas de repos à Guillaume Vergonzeanne qui l’attend à la sortie des loges pour un saut pieds joints là encore à émotion puisque le toro viendra l’accrocher en l’air. Cet unique toro à la corde du spectacle (on saluera les entraîneurs Denis Coll et Jean-François Deyris ainsi que le maître cordier Laurent Deyris pour leur travail en piste tout au long de la soirée en compagnie de Nicolas Vergonzeanne notamment) est réservé à Caroline Larbère et Amanda Monferrer qui soutenaient l’association Fées No Men. Après un écart compliqué à gauche, Caroline signe un superbe écart à droite avant d’ajouter un écart supplémentaire à gauche malgré les galops difficiles du toro, Amanda effectuant elle deux recortes.

    Le spécialiste des toros Baptiste Bordes devait affronter deux toros au cours du spectacle et lançait donc sa soirée avec Rebujin (n°49 – 557kg – origine Jose Cruz) pour 4 écarts à gauche (un joli troisième et un excellent dernier) et 3 écarts à droite (le second au plus près de la corne, le troisième contre les planches), Guillaume Vergonzeanne ajoutant un saut périlleux avec enchaînement.

    Pombal (n°32 – 578kg – origine Toropasión) était réservé au champion de France des sauteurs Kévin Ribeiro. Salué sur le premier saut de l’ange, cela n’a pas empêché Kévin d’effectuer tout les sauts de compétition avec ensuite un saut vrillé, un très bon saut périlleux, un superbe saut pieds joints intégral, un nouveau saut de l’ange et un autre saut périlleux. Il s’est envolé en duo avec Guillaume Vergonzeanne pour un saut périlleux avec enchaînement avant de conclure sa sortie par une rondade saut périlleux arrière. Son excellente prestation sera récompensée par une vuelta.

    Acuatico (n°4 – 552kg – origine La Campana) est dévolu à Louis Navarro qui le débute par une feinte sur chaque corne. Moment de frayeur ensuite avec l’envolée du toro en contre piste, venant même taper les tablettes installées au premier rang des gradins et blessant sérieusement le chirurgien de la soirée en contre-piste. Une fois le calme revenu, Louis poursuit la série avec 6  écarts supplémentaires, principalement à droite, venant même tourner une figure sur le béret. Guillaume Vergonzeanne ajoute un saut vrillé.

    Cyril Dunouau fait rugir d’entrée le public avec un très bel écart sur la corne droite de Visitador (n°17 – 575kg – origine Jose Cruz). Il trouve ensuite une corne gauche plus coopérative et rajoute 5 écarts, la quatrième figure de la sortie étant magistrale. Guillaume Vergonzeanne s’envole pour un saut de l’ange. Les deux superbes figures de l’écarteur de la Dal lui vaudront d’être désigné vainqueur de la soirée.

    Raposo (n°15 – 564kg – origine La Campana) vient conclure la soirée côté écarts avec 7 figures de Baptiste Bordes, alternant les passages sur chaque corne avec un écart supérieur à gauche au troisième et un superbe écart sur le saut à droite au cinquième, face à un adversaire difficile à replacer après chaque figure. Guillaume Vergonzeanne s’envole pour un saut vrillé.

    Pulgarcito (n°57 – 510kg – origine Los Galos) est le dernier toro de la soirée et est attendu à la sortie du toril par Dominique Larié pour un saut vrillé. Après un saut de l’ange, il hausse le niveau et exécute une rondade périlleux arrière et récidive en suivant avec une rondade saut vrillé. Malheureusement sa cheville n’a pas résisté à cet envol et il ne pourra pas terminer la sortie. Guillaume Vergonzeanne termine son défi avec un saut de l’ange et un saut périlleux et peut fort justement laisser éclater sa joie avec le sentiment du devoir accompli. Kévin Ribeiro a l’honneur de terminer la partie tauromachique avec un saut pieds joints à genoux suivi d’un saut de l’ange de Nicolas Vergonzeanne.

    Après 10 sorties riches en émotions et en frissons, cette nouvelle édition de la Nuit du Toro se termine de très belle manière avec un spectacle alternant jeux de lumière et prouesses gymniques.


    JP Dumecq

  • REPORTAGE (Vidéo). SAINT-VINCENT DE TYROSSE le 20 Juillet : Toro Emocion

    Le 20 Juillet dernier, dans les arènes de Tyrosse, Hugo Viney-Thomas remettait le boléro à l'occasion du spectacle "Toro Emocion". Retrouvez-ci-dessous les images de cette soirée.

    L'Image du Jour

    Hugo Viney Thomas

    Aurélien Mondine  Reportage Vidéo

     


  • Reportage. Dax le 8 Septembre : La Nuit du Toro

     

    Aurélien Mondine Reportage

    Le club taurin Boletero fêtait vendredi dernier le dixième anniversaire de la Nuit du Toro en ouverture du festival Toros y Salsa. Pour la sixième édition du spectacle, le succès populaire était une nouvelle fois au rendez-vous puisque les arènes de Dax étaient combles au moment de l’ouverture de la soirée par deux artistes qui nous ont proposé divers portés de haut vol.

    Suivait une superbe entrée en piste des acteurs ayant participé aux précédentes éditions (à savoir Vincent Lorreyte, Didier Goeytes, Bertrand Lafaye, Christophe Dussau, Nicolas Commarieu, Stéphane Courtiade, Christophe Avignon, Benjamin de Rovère, Jean-Marc Lalanne, Didier Laplace, Florian Lahitte et Julien Guillé), portant chacun l’affiche d’une édition à laquelle ils avaient participé.

    Les bénévoles du club taurin Boletero les rejoignaient ensuite en piste pour former une haie d’honneur afin d’accueillir les acteurs de cette sixième Nuit du Toro pour la marche Cazérienne interprétée par l’Union Musicale Samadétoise qui allait animer la soirée en compagnie des Gatchos de Peyrehorade.

    Lionel Salaverria présentait ensuite le déroulé de la soirée (un éliminatoire avec un toro pour chacun des six écarteurs, deux étant qualifiés pour la finale par un jury spécial), le temps de laisser Didier Goeytes remonter sur les gradins pour commenter la suite du spectacle.

    Ce sont les deux écarteurs invités pour la première fois qui ont eu l’honneur de débuter officiellement la soirée.

    • Romain Clavé se présente le premier face à Gacettillo (n°35 – 480kg – origine Recitales), de belle présentation (ce fut le cas tout au long de la soirée). Sur la lancée de son excellente fin de saison, Romain l’exploite au mieux et signe, après une figure sur chaque corne pour appréhender les charges du toro, 5 feintes de qualité, majoritairement à gauche. L’écarteur de la formation Deyris lance donc parfaitement le spectacle, les cinquième et septième figures excellentes, où il est allé chercher le toro dans son terrain.
    • Louis Navarro avait lui hérité du toro à écarter le plus lourd de la soirée avec Poetiso (n°10 – 562kg – origine San Miguel) et a eu plus de difficultés que son camarade de cuadrilla pour se libérer et exploiter les charges plus lourdes de son adversaire. 6 écarts au total, 2 à droite et 4 à gauche, il signe sa meilleure figure sur le dernier départ.
    • Amansador (n°14 – 475kg – origine Recitales) a permis à Cyril Dunouau de s’exprimer au mieux sur ses 7 écarts, du travail de qualité pour l’écarteur de la formation Dargelos avec deux très jolies figures à gauche aux troisième et septième et surtout en point d’orgue une exceptionnelle feinte au cinquième sur la corne droite du toro.
    • Lorito (n°21 – 595kg – origine La Campana) était le premier toro réservé aux sauteurs, en l’occurrence Fabien Napias et David Laplace. Le champion de France démarre fort avec une rondade à la sortie du toril, il ajoute ensuite un saut de l’ange et un saut vrillé. Son camarade de cuadrilla s’envole pour un saut vrillé et un saut de l’ange précédé d’une roue. Les deux sauteurs de la ganaderia Deyris effectuent également un saut périlleux en duo (avec enchaînement pour David). Une fois n’est pas coutume, Jean-François Deyris ne parvient pas à passer entièrement le lasso au toro mais son frère Laurent arrange la têtière depuis le refuge et permet au toro de regagner le toril.
    • Avenidor (n°19 – 512kg – origine Recitales) permet à Mathieu Noguès de briller. Après une feinte sur chaque corne pour prendre la mesure du toro, il attaque sur le saut à gauche et signe un quatrième écart à émotion. Il revient à droite et termine bien sur ses 3 figures, notamment une très jolie avant-dernière feinte.
    • Zalamero (n°28 – 505kg – origine Recitales) est réservé à Thomas Marty qui tourne 7 écarts et termine sur une feinte de qualité à gauche. Bertrand Lafaye vient terminer la sortie par un bel écart corne gauche.
    • Rinconastro (n°27 – 522kg – origine San Miguel) termine la partie éliminatoire. Baptiste Bordes se présente pour 8 écarts, allant chercher sur la corne droite un bon quatrième et un superbe avant-dernier sur le saut.
    • Gravadoso (n°10 – 528kg – origine Campocerrado) est réservé aux sauteurs Dominique Larié et Guillaume Vergonzeanne. Dominique l’attend à la sortie du toril pour un vrillé tandis que Guillaume s’envole pour deux périlleux, un pieds-joints intégral et un vrillé. Ils ajoutent en duo un saut périlleux main dans la main ainsi qu’un saut périlleux avec enchaînement. Dominique Larié exécute également une superbe rondade en fin de sortie.
    • Artesano (n°83 – 512kg – origine Los Galos) sort encordé pour Loïc Lapoudge et Alexandre Duthen. Après une première feinte pour évaluer l’adversaire, Loïc signe un bel écart sur le saut et viendra terminer plus tard sa prestation par un très joli tourniquet dont il a le secret. Alexandre réussit lui 3 superbes écarts avec les maîtres coups de ficelle du cordier Bernard Lansaman, Jean-François et Laurent Deyris ainsi que Denis Coll s’étant eux chargé de rapidement canaliser le toro au refuge.
    • Qualifié à l’unanimité par le jury spécial, Mathieu Noguès doit affronter Novato (n°21 – 514kg – origine Recitales). Après des débuts sur la feinte, il poursuit sa série de 7 écarts par de jolies attaques sur le saut et termine fort avec une superbe figure corne gauche.
    • Second qualifié pour la finale, Baptiste Bordes voit son toro Guanteron (n°3 – 536kg – origine Campocerrado) se briser la base de la corne contre le refuge opposé au toril. Après quelques instants d’attente, le temps que les corraleros préparent le toro de réserve, Baptiste retrouve le centre de la piste et démarre la série par une feinte sur chaque corne. Malheureusement, il sera cueilli sur sa troisième feinte par la corne droite du toro et sera repris au sol et projeté en l’air. Malgré un choc impressionnant, Baptiste se relève sans trop de mal et peut poursuivre sa série avec 4 figures supplémentaires, alternant sur chaque corne pour finir par arracher une superbe feinte à droite.
    • Salado (n°23 – 501kg – origine San Miguel) fait impression en saluant fortement Guillaume Vergonzeanne sur son saut vrillé à la sortie du toril. Il permet ensuite aux quatre sauteurs de se présenter avec un saut de l’ange et un saut vrillé pour Fabien Napias et pour Dominique Larié, un saut périlleux à nouveau salué pour Guillaume Vergonzeanne et un saut de l’ange pour David Laplace. Les deux sauteurs de la formation Dargelos ajoutent un vrillé en duo. Dominique Larié souhaite terminer très fort la soirée avec une nouvelle rondade mais le toro semble avoir un problème aux pattes, il est donc rentré au toril.

    Baptiste Bordes est désigné vainqueur chez les écarteurs, Dominique Larié et Guillaume Vergonzeanne remportent eux le prix pour le meilleur duo de sauteurs.

    Une fois la partie tauromachique achevée (on retiendra tout particulièrement quelques figures magistrales tournées tour à tour par Romain Clavé, Cyril Dunouau, Mathieu Noguès, Baptiste Bordes, Loïc Lapoudge et Alexandre Duthen), la soirée se poursuit par plusieurs tableaux dont la qualité participe également au succès des spectacles du club taurin Boletero. Les lumières se rallument à l’issue de ces mises en scène pour faire découvrir aux 8000 personnes installées sur les gradins un superbe tableau confectionné en direct pour célébrer le dixième anniversaire de la Nuit du Toro.