Courses d'hier...... souvenirs

PAGE 1

 

Vous retrouverez dans cette rubrique quelques pages anciennes de la course landaise. Alain Lamothe se replonge dans les courses du passé et nous fait revivre quelques unes d'entre elles. L'occasion de se souvenir ou de connaître  quelques noms anciens qui ont fait les beaux jours des arènes et de quelques plumes célèbres à l'époque de la Tuile.

__________________________________________________________________________________________________

Souvenirs... souvenirs

- Le Houga Dimanche 23 avril 1989 Troupeau Latapy Cuadrilla Lavigne IV  

Beau temps, bonne piste, gradins à moitié garnis. Musique : la Pitchoury Band d'Estang. Speaker : Georges Nicou. 

Pour cette première course de la saison 89 au Houga la formation Latapy avait envoyé un joli lot de coursières à savoir Favorite, Vanina, Vanadia, Aficionade, Létchouine, Didièra, une jolie sans corde, Pécotchina (sauteurs) et les deux reines de la ganaderia Durandine et Espéranza. 

Cette course s'est déroulée en deux parties bien différentes, la première bien monotone où l'on a voulu essayer des bêtes jeunes, ce qui a entrainé bien sûr des faux départs, avec aussi de légères touches, par contre la seconde partie s'est révélée bien meilleure, surtout pour la qualité du travail. 

Il manquait Gilles Destouroune au paséo, blessé.

Le plus volontaire de la journée fut Moréno avec 24 écarts. Il exécutait son travail devant Didiéra et Letchouine, toujours sincère et agréable, avec une attaque lointaine et un double saut. On retiendra surtout un magnifique intérieur devant Létchouine qui aurait certainement valu le maximun.

Second écarteur en forme le jeune Patrice Gillet qui a tourné 20 passages, surprenant agréablement tout le monde. On l'a vu devant Vanina et Pécotchina. Patrice a fait beaucoup de progrès en peu de temps, à lui de confirmer qu'il fait partie des espoirs de la course landaise.

Patrik Napias s'inscrivait pour 19 écarts, plus 10 à la nouvelle, pour du bon travail. Il affectionne surtout les jeunes coursières où il peut se livrer à fond.

Le chef de cuadrilla Lavigne IV tournait 16 écarts. Lui on ne le présente plus, étant surtout précieux pour les jeunes dans le placement. Il répond présent quand le besoin s'en fait sentir et apporte son expérience.

Mais le meilleur de l'aprés-midi aura été indiscutablement le revenant Michel Garein, tournant 15 écarts, et quels écarts ! on gardera en mémoire une belle sortie face à Durandine, vache très dure, tournant dans le berceau des cornes avec une attente extrême. Pour lui c'est actuellement la grande forme. Michel est solide et a beaucoup d'expérience. Un exemple à suivre pour les jeunes.

Morénito 9 écarts semble abuser un peu trop de la feinte, on sait qu'il peut mieux faire, il nous l'a déjà prouvé. Philippe Bergès 8 écarts a assuré quelques relais surtout devant Vanadia. Le champion de France des jeunes écarteurs Stéphane Lafitte, 3 passages seulement, est resté en réserve. Autre agréable surprise  le jeune sauteur Frédéric Lavigne qui a montré qu'il était revenu à un bon niveau. Il a repris confiance en ses moyens. Bravo et tant mieux pour lui.

Excellent entrainement de Bertrand Latapy et d'Alain Minvielle. Le cordier Michel II n'a pu éviter certaines touches mais s'est montré impérial avec les marraines Durandine et Espéranza.

On retiendra de cette course la qualité du bétail amené, Michel Garein pour la qualité de son travail, Moréno, Gillet et Napias également. Souhaitons à cette formation beaucoup de contrats pour cette saison, surtout dans l'Armagnac.   

Le Toujousain


Tartas - lundi de Pâques 1989 - Troupeau Pussacq cuadrilla Frédéric Fayet

 Très bel après-midi, excellente entrée, piste trop vite meuble. Ambiance musicale soutenue avec la clique harmonie tarusate (direction André Duprat), speaker Michel Douroux. Jury : Gérard Bréthoux et Jean Dassié, Gérard Verger comptabilisateur sportif Jean-Claude Simon.

 Score à la mi-temps 207.75, final 445.500, bétail 73.75.

 Meilleurs écarteurs : Thierry Laborde, Philippe Lesparre, Serge Laborde et Philippe Ducamp. Meilleures coursières : Mimosa, Aragonaise, Séñorita, Dacquoise et la nouvelle. 

 On était assuré que pour sa troisième participation à Tartas le ganadero éleveur Jean-Charles Pussacq voudrait démontrer toute sa valeur. Son contrat une fois de plus a été fort bien honoré car toutes les coursières présentées retrouvent progressivement leur belle condition de l'année dernière. De plus la présence au paséo final du ganadero et de son fils, plébiscitée par le public, est avant tout la concrétisation largement approuvée, grâce à un lot rapide et noble, d'une présentation fort bien réussie. Le ganadero Jean-Charles Pussacq a définitivement gagné ses lettres de noblesse. 

 On savait aussi que cette jeune cuadrilla Frédéric Fayet, très soudée, était décidée à convaincre. Elle le fut d'ailleurs à l'image d'un Philippe Ducamp sauteur émérite, toujours prêt à apporter l'exploit. Quant à la venue du jeune prodige Philippe Lesparre, elle a ajouté un côté artistique, surtout qu'il nous est apparu comme devant devenir un des maitres de la temporada 1989. Héros de l'après-midi Thierry Laborde (actuellement chef de cuadrilla à Maynus, très bon ganadero de seconde) que le grand public avait découvert l'an dernier dans les concours, sut lui aussi soulever les gradins. Ses deux séries face à la reine du troupeau Mimosa constituent deux grands sommets, capables de le classer parmi les valeurs sûres. Avec une moyenne de 3,50 son travail porte sur le public, grâce à son attente impressionnante, une perte de terrain quasi nulle et déjà une finition parfaite. Des écarts serrés bien dessinées il y en eut encore avec son frère Serge Laborde devant Dacquoise, devant laquelle il se montrait volontaire et régulier, et même dur encaisseur sur une tentative infructueuse à l'intérieur. Dans un style à la fois souple et coulé Philippe Lesparre termina la course sur un point d'orgue avec Señorita, particulièrement en  jambes et droite comme une étoile filante. Une sortie royale avec opposition au plus haut niveau, alors que le benjamin de l'équipe sur un saut très haut  nous fit admirer toute sa classe naissante. Parcours de qualité également pour Christian Lahitte qui s' accapara Castillane pour deux séries d'écarts millimétrés, tournés harmonieusement sur la pointe des pieds. Avec beaucoup de sincérité Jean-Marc Fayet a laissé à Tartas une belle image de sa vaillance et de son courage, il est vrai qu'avec Aragonaise, vache de respect, il n'avait pas choisi le plus facile. Bien sûr tout le monde ne pouvait être sur le pont et le reste de la cuadrilla se contenta de nous distiller des échantillons de leur savoir faire, tels Olivier Dugène à la technique individuelle parfaite devant Gilite, Philippe Lestage devant Castillane et le chef Frédéric Fayet qui feinte agréablement la sans corde. Le sauteur prodige Philippe Ducamp égrena au-dessus de Pomarézia toute la gamme des sauts imposés avec beaucoup de spontanéité. Il glissa également deux périlleux vrillés au-dessus de Dacquoise et de Pomarésia sortie comme vache à écarter en seconde partie. Très belle démonstration du cordier Ferdi Dufau dont le doigté fit merveille. Mention enfin pour les entraineurs Thierry Lesparre que l'on devrait retrouver en 2015 dans une ganaderia de seconde et Henri Ducassou vacher chauffeur chez Deyris en 2015, aux relais efficaces, ils impriment une belle cadence à la course. Aussi les applaudissements furent-ils unanimes lors du paseo final auquel participèrent le ganadero Jean-Charles Pussacq et son fils, ainsi que Robert Labarthe le président du club taurin.

 Thierry Laborde 25 écarts, Serge Laborde 19, Philippe Lesparre 17, Christian Lahitte 15, Jean-Marc Fayet 13, Olivier Dugène 12, Philippe Lestage 7, Frédéric Fayet 6.   

 Le Tarusate (transmis par le Toujousain)


 - Aignan. Lundi 27 Mars 1989. Premier concours du Boléro d'Or. Troupeaux Dal-Larrouture et Dargelos-Armagnacaise

Aignan lundi 27 mars 1989 premier concours du boléro d'or - troupeaux Dal Larrouture et Dargelos Armagnacaise.         

Beau temps, piste excellente, gradins très bien garnis. Musique : les Dandys de l'Armagnac en super forme chez eux. Speaker l'excellent Janssen. Jury Mr Garros. 

Ce premier concours du boléro d'or de la saison était donc très attendu car il allait permettre de voir les forces en présences à l'orée de cette nouvelle temporada 1989. 

La première partie débutait avec la sans corde de la Dal pour Didier Laplace (actuellement cordier à Vert Galant) qui tournait 9 écarts pour une excellente sortie. 

Seconde coursière Belle Sandrine pour 5 écarts de Laplace et 5 de Ramuncho pour du bon travail.

Troisième coursière Curiosa (Dargelos). Là les gradins ont commencé à bouger grâce à Jean-Claude Deyres, inimitable dans son genre. 5 passages plus 5 de Jean-Michel Théodore. 

Quatrième vache Cierba pour les deux sauteurs, Arthur le meilleur mais le jeune Laurent Martinez (actuellement moniteur à l'école taurine)  n'a pas démérité,  juste une mauvaise réception à un périlleux, il nous a montré ses qualités et devrait vite faire partie des meilleurs. 

Cinquième coursière, Marina, pour une sortie très intéressante, nous permettant de découvris deux jeunes. L'un est le régional de l'étape, très attendu chez lui, Thierry Bergamo (actuellement chef de cuadrilla chez Deyris équipe 2) faisant une bonne impression. Un nom à retenir, à lui de confirmer tout le bien qu'on pense de lui. L'autre s'appelle Louis Niéto,  il écarte à l'école taurine, lui aussi sera un bon torero. Une relève intéressante pour la course landaise, deux jeunes qui ont agréablement surpris, nous faisant bien plaisir. Ils ont tourné cinq écarts chacun.

Sixième coursière, Experte. Une sortie moyenne partagée entre Alain Daverat et Gilles Escoubet.

Ensuite Libertat travaillée par Jean-Pierre Rachou, 5 écarts dont 2 intérieurs, et Gilbert Ducassou, 5 lui aussi, avec toujours son style merveilleux. 

La seconde sans corde de Dargelos terminait cette première partie. Laplace totalisait 13.625, Daverat 14,250, Rachou 13,625, Ramuncho 14, Ducassou 12,875, Deyres 14,625.

La deuxième partie allait se dérouler ainsi : les six écarteurs qualifiés devaient faire dix passages à une coursière, avec la possibilité de jouer le joker deux fois chacun, le pointage étant doublé. C'est ainsi que l'on a vu Laplace face à Belle Sandrine, Daverat devant Experte, Rachou avec Paola, Ramuncho avec Montanégra, Ducassou avec Emilia et Deyres avec Curiosa. A ce jeu là, c'est le champion de France Rachou qui se montrait supérieur, sachant jouer le joker sur une belle tentative intérieure, en tirant un bon profit. Il démontrait ainsi sa grande forme. Ramuncho finissait second. Ecarteur élégant et régulier, le poids des ans ne se fait pas encore sentir. Le troisième était Laplace, lui aussi en bonne condition physique. Ensuite arrivaient Ducassou quatrième, Deyres cinquième, faisant grosse impression et qui aurait certainement mérité un meilleur classement, Daverat sixième, pas en grande forme et qui devra surveiller la finition de son travail.

Côté sauteurs, Arthur arrivait premier avec 18 points devant Martinez 17,50.

Mais le moment le plus attendu fut la sortie du fameux toro Endulgo, bête de 500 kgs, qui a fait une forte impression. Il fallait avoir vraiment du courage pour oser l'affronter. Laplace lui tournait 4 écarts, Rachou 2, tandis qu'Arthur l'a sauté 2 fois de magnifique façon. On voit là le courage de l'écarteur landais. Chapeau messieurs, il fallait le faire. 

Excellent entrainement pour Jacques Morandin (actuellement cordier à la réserve de Dargelos) et Gilles Tauzia, ainsi que José Bats. Très bonne tenue de corde pour Montaut et pour Agruna, très peu de touches à leur actif. 

On retiendra de ce concours la bonne volonté de tous les écarteurs,  la belle forme de Rachou et Deyres (Dargelos), de Ramuncho, Ducassou et Laplace (Dal), l'excellente sortie du toro, la révélation des deux jeunes Bergamo et Niéto. A souligner aussi le geste des amis d'Aignan de José Bétous qui se sont cotisés pour lui offrir un magnifique tableau avec un écart du regretté Bernard Huguet. Une récompense bien méritée pour José qui fait beaucoup pour la course landaise, et surtout pour l'amicale des clubs.   

Le Toujousain


- Habas. Pâques 26 mars 1989. Troupeau Labat, cuadrilla Descazaux.

Temps splendide, et chaud soleil. Entrée moyenne. La lyre habassaise  (Mr Diana) toujours agréable, speaker Charles Maxime, jury : Mrs Decore et Lanibois délégués, Melle Farthouat et Mr Roger jurés. Scores : mi-temps 211,625 et final 452,25. Certains seront sans doute surpris par ce score qui l'année précédente aurait été l'un des meilleurs de la temporada. Précisons, il y aura lieu d'en tenir compte pour toute la saison, que les modifications du règlement du challenge n'y sont pas étrangères. Ainsi en seconde partie un saut peut remplacer un écart à chaque sortie des 6 vaches pointées, ce qui entraine un supplément au score de 10 à 15 points, de même pour la sans corde les 7 écarts ou 6 écarts et 1 saut seront notés un par un, au lieu l'an dernier d'une note globale pour le travail. Résultat de cette nouveauté une majoration d'au moins 12 points. Ajoutons la revalorisation du bonus pour les écarts intérieurs, elle a joué ce jour, et l'on obtient donc une augmentation globale du score de 25 à 30 points par rapport au total d'une même valeur en 88.  

A Habas les tauromaches se posaient au moins deux questions et espéraient y trouver leur réponse. Tout d'abord le retour de Descazaux après son très sérieux accident en 88 : le chef de cuadrilla a démontré avoir conservé ses qualités intactes. L'attaque d'Armagnacaise dès son entrée en piste en est la meilleure preuve, bête qui avait provoqué l'arrêt  définitif de sa saison. Quelques touches et reprise au sol ont été très bien assimilées, pour une finale supérieure à sa préférée Négocia. Souhaitons lui une temporada 89 à la hauteur de son talent et de son tempérament. Et puis on se posait la question sur le comportement du cordier Dulucq qui recommençait après son opération du genou durant l'intersaison. Il n'a pu éviter toutes les touches mais les sorties de Roubia, Andalouse et Négocia ont permis de vérifier qu'il sera à même de défendre au mieux son titre de cordier d'argent. Raymond Bernet était présent au cas où. Réponses rassurantes en tout cas sur ces deux points importants pour la suite de la saison.   

Pour la cuadrilla il nous plait de signaler l'excellent comportement de Jean-Marc Lalanne (toujours présent en 2015 comme chef de cuadrilla à la Dal équipe 2)  avec une seconde sortie côté loges devant Roubia où il a montré du courage et des ressources. L'ancien champion des jeunes a dessiné de beaux intérieurs devant Andalouse, et ils sont pour beaucoup dans l'apport de la bonification. A lui la victoire totale à Habas. Goeytes et Labeyrie ont laissé faire pour aujourd'hui, mais ce qu'ils ont présenté laisse prévoir qu'on les trouvera toujours au premier rang des meilleurs.   Pascal Ducasse reste l'homme indispensable dans une cuadrilla et Eric Clavé, malgré des résultats irréguliers, est l'écarteur capable d'aborder n'importe quelle bête. Une dure chute sur la tête a vu l'élimination de Vincent Iribarnegaray par Négocia, mais on a eu des nouvelles rassurantes de son état. Nieto après un début en dents de scie, mais un intérieur de haute qualité, fut aussi éliminé sur une touche. Les hommes en blanc ne semblent pas voir les années passer, tout comme le sauteur Dubos, malgré une Caracola capricieuse en début de sortie, et hors du commun ensuite par des vrillés au-dessus de 4 bêtes en seconde partie.  Course satisfaisante dans l'ensemble pour un début de saison, et qui permet de penser que l'équipe Labat présente au paséo final fera parler d'elle en 89.   

Les écarts : Descazaux 27, Lalanne 25, Ducasse 16, Clavé 12, Labeyrie 10 plus 8 à la sans corde, Goeytes 9, Nieto 5, Vincent Iribarnegaray 2, Michel Dubos 8 sauts plus 4 en deuxième partie.   

Les résultats chiffrés : Roubia 26.25+6.5 et 36.75+7 Espadina 29.125+5.5 et 26.125+5.5 Marina 23.625+5 et 22.25+5 Andalouse 33+4.75 et 34.375+4.75 Armagnacaise 25.625+6.5 Negocia 30.375+8 et 36.375+8 Caracola (s) 34.5+5 sans corde 13.375+5 bonification 5     

En Dehen (transmis par le Toujousain)


- Barcelonne du Gers 19 mars 1989. Concours landais entre les ganaderos Deyris et Latapy.

Temps idéal, piste un peu trop sableuse, gradins très bien garnis. Speaker Mr Douroux de Gabarret, excellent commentateur. Ambiance toujours impeccable grace aux célèbres Dandys de l'Armagnac. Jury : Mrs Dedéban et Dubos, délégué comptable Garros et Delacour.  

C'était donc une innovation à Barcelonne du Gers, à l'occasion de la fête des Rameaux qui avait déplacé beaucoup de monde. Personne ne l'a regretté car le spectacle s'est montré de bonne qualité gràce à la volonté des écarteurs mais aussi du bétail.  Réglement original en première partie, une sortie libre, 2 vaches pointées normalement, une sans corde, une sauteuse.  

C'est la formation Deyris qui débutait avec Armagnacaise (libre) pour Janick 6 écarts dont 2 intérieurs, Tauzia 2, Eric Gil et Marc-Henri 1, Jean Philippe Labadie 2 sauts.

Seconde coursière Didiera. Eric Gil 4  écarts toujours régulier, Alain Dupouy 4, Jean-Michel Malet 2. 

Troisième coursière Montoise. Fréderic Crabanat 2 écarts, Janick 6 dont un intérieur  avec chute, Malet 2, puis1 saut de Labadie. 

A l'issue de ces trois bêtes l'équipe Deyris avait 80,500 pts.  

C'était au tour de la formation Latapy d'entrer en piste avec Vanina (libre) pour Jean-Paul Lavigne 1 écart, Patrick Napias 5 dont1 intérieur déjà en grande forme, un saut de Frédéric Lavigne, Patrice Gillet actuellement boulanger à Aignan 4 écarts valables, puis 1 du jeune champion de France Stéphane Lafitte. 

Seconde coursière Cerena. Lafitte 6 écarts, Moreno 2 et Gillet 2.  Troisième coursière Didiera. Gilles Destouroune 1 écart, Moreno 6, Gillet 1, Lavigne 2 dont un intérieur. A l'issue de ces trois sorties l'équipe Latapy totalise 83,750 pts

Sorties des sans corde. Pour Deyris très décevante pour Janick 4 écarts et Alain Dupouy 3. Celle de Latapy était bien meilleure pour Lavigne 4 écarts et Patrick Napias 8.

Après ces deux sorties : Deyris 89,500 pts et Latapy 104,500 pts

Pour les sauteurs Técouera de Deyris. Labadie déjà en grande forme 7 sauts, Frédéric Lavigne 6 mais a besoin de reprendre confiance, c'est tout ce que nous lui souhaitons de mieux. 

A l'issue de la première partie Deyris totalisait 117,50 pts tandis que l'équipe Latapy avait 123,750 pts

Pas d'entracte. On enchainait directement avec la seconde partie avec 4 coursières pour 4 mano à mano. Les quatre écarteurs devaient affronter toutes les bêtes. 

Première coursière Didiera de Deyris pour un duel entre Gil et Lavigne, 5 écarts chacun avec l'obligation de jouer le joker qui était multiplié par 5.  Seconde coursière Didiera de Latapy avec Moreno et Janick pour du bon travail tous les deux.

A l'issue de ces deux sorties Deyris avait 170,875 pts et Latapy 185,375 pts.

Sortait ensuite Bombita toujours aussi puissante pour les courageux Mallet et Philippe Bergès et qui s'en sont très bien tirés devant cette bête de respect. 

Restait ce qui allait être le fleuron de la course, la sortie de la belle Esperanza qui justifiait son titre de corne d'or. L'affrontaient Marc-Henri et Morenito pour une sortie de qualité. 

Si Marc-Henri a remporté une coupe pour le meilleur travail lors de la finale, le jeune Morenito n'a pas démérité loin de là.

Finalement c'était donc et fort logiquement que la formation Latapy l'emportait avec 248,250 pts devant l'équipe Deyris 236,675 pts. Excellent entrainement pour Bertrand Latapy et Alain Minvielle ainsi que Jacky Theau et Michel Lafitte. Très bonne tenue de corde pour Michel II et Maurice Meunier.

Mention bien pour la formation Deyris à Marc-Henri, Eric Gil, Janick et Mallet, et pour Latapy à Moreno, Morenito, Patrick Napias et Lavigne IV.  

Le Toujousain 


En bonus, voici les six cuadrillas de formelle qu'il y avait en 1989.

- Ganaderia Armagnacaise : Jean-Pierre Rachou chef, champion de France des écarteurs 1986, 87, 88. (En 2015 Julien est un grand espoir), Jean-Claude Deyres, Gilles Escoubet (son fils Lionel est aujourd'hui chez Vert-Galant), David Dussarat, Jacky Desquibes, Patrick Lalanne, Thierry Bergamo (actuellement chef de cuadrilla chez Deyris 2), Laurent Martinez sauteur, Jacques Morandin (actuellement cordier chez Dargelos 2) et Gilles Tauzia entraineurs, Jean-Pierre Montaut cordier.  

- Ganaderia Deyris : Janick chef, Jean-Michel Mallet, Marc-Henri, Bernard Tauzia, Alain Dupouy, Eric Gil, Philippe Crabanat, Jean-Philippe Labadie sauteur, Didier Bordes et Michel Lafitte entraineurs, Maurice Meunier cordier.

- Ganaderia Labat :  Philippe Descazaux chef, Didier Goeytes, (aujourd'hui son fils Maxime fait partie des espoirs), Eric Labeyrie, Pascal Ducasse, Jean-Marc Lalanne (son fils Bastien fait partie lui aussi des espoirs à la Dal), Vincent Iribarnegaray, Eric Clavé, Jacques Niéto, Michel Dubos sauteur, Jean-Georges Delos et Jean-Louis Desperiès entraîneurs et André Dulucq cordier.   

- Ganaderia Latapy : Lavigne IV chef, Roger Moreno, Aguer, Morenito,  Gilles Destouroune, Philippe Bergès, Stéphane Lafitte champion des jeunes écarteurs, Patrice Gillet, Patrick Napias écarteur sauteur, Frédéric Lavigne sauteur, Bertrand Latapy et Alain Minvielle entraineurs, Michel Lassalle cordier.    

- Ganaderia Pussacq :  Frédéric Fayet chef, Thierry Laborde, Jean-Marc Fayet, Serge Laborde, Philippe Lestage, Olivier Dugène, Christian Lahitte, Philippe Lesparre, Philippe Ducamp sauteur, Thierry Lesparre et Bernard Lansaman (actuellement cordier à la Dal), Ferdi Duffau cordier. A cette date du 19 Mars la Dal n'avait pas donné la composition de son équipe.

Le Toujousain


- Présentation à Saint-Sever du ganadero Marcel Linès le samedi 5 novembre 1988

Cuadrilla 1989,  beau temps, piste excellente, public peu nombreux, environ 150 personnes, speaker Fernand Gaye. 

C'était donc par un beau samedi que Marcel Linés présentait sa nouvelle formation pour la saison prochaine dans les arènes de Morlanne. Au paséo étaient présents François Aguer (chef), Tonio, Yves Gilet, Pascal Fasolo dont c'est le retour après un an d'absence, Alain Manciet et Jean-Claude Tastet venant de chez Clabéres, et deux jeunes, Frédéric Gil qui n'est autre que le frère d'Eric et de Jean-Marc et Christophe Dussau, véritable découverte de Marcel Linès. A l'entrainement Christian Gilet et Bernard Pierre, à la corde le solide Jean-Jacques Brèthes. On le voit une équipe séduisante qui devrait pouvoir assurer de belles courses.

Côté bétail le ganadero avait déplacé Trinita, Valencia, Cordoba, Christopha, Dacquoise (vraiment la plus jolie), Cosetta, Petilla et une nouvelle. Coursières rapides, jeunes, mais parfois difficiles à placer. 

Saint-Sever et les spectateurs présents ont eu le privilège de découvrir un jeune pratiquement inconnu, Christophe Dussau âgé de 16 ans, promis à un bel avenir. Il a tourné 23 écarts, affrontant surtout Dacquoise, vache noble mais très rapide, sur un saut très haut. Il possède un magnifique coup de rein et une belle finition pour du travail excellent. Songez que ce jeune n'a pas encore fait l'école taurine, s'il peut y aller et s'il écoute les bons conseils donnés par les anciens, il progressera rapidement pour devenir plus tard un grand champion. Toute l'aficion le lui souhaite. Tonio 16 écarts reste un élément précieux pour son expérience. Pascal Fasolo 12 écarts nous montra qu'il faudrait compter sur lui la saison prochaine avec quelques bonnes réussites. Alain Manciet 9 écarts s'est appliqué pour du travail toujours soigné. Jean-Claude Tastet 9 écarts également fut vraiment malchanceux aujourd'hui. Yves Gilet 9 écarts devra éviter les glissades et les escapades s'il veut arriver à un bon résultat. François Aguer a assuré quelques relais judicieux. Frédéric Gil (aujourd'hui entraineur en seconde chez Deyris, que de chemin parcouru) a encore beaucoup de leçons à apprendre pour arriver à faire un bon écarteur, j'espère que cela viendra. Le nogarolien José César dit Joselito était venu en renfort pour assure la partie des sauts. Il a confirmé tout le bien qu'on pense de lui.

Les entraineurs Bernard Pierre et le père Gilet ont eu beaucoup de besogne à accomplir à cause des faux départs et des vaches souvent entravées qui ont diminué la cadence. Excellente tenue du cordier Jean-Jacques Brèthes qui sut protéger ses jeunes. A souligner un bon écart de René Baillet de chez Deyris seconde. 

On retiendra de cette course la belle prestation de Dussau, un nom à retenir pour les prochaines saisons. Souhaitons à toute la formations Linès bon vent pour 89.

A l'entracte magnifique prestation de deux jeunes frères sur des chevaux andalous.  

Le Toujousain


 

- Le Houga dimanche 30 juin 1968 troupeau et cuadrilla Larrouture-Pabon  

Après les succès obtenus tout dernièrement par les éléments de ce jour tant à Samadet, Grenade et même à Labastide d'Armagnac  cette course du Houga était il faut bien le dire très attendue de nous tous afin de se rendre compte  et de savoir si l'escalade  allait se poursuivre  ou si au contraire  il allait y avoir dans le sein de la cuadrilla une certaine relâche. Aussi vers 16h30 et malgré une température tropicale, le boulevard des Pyrénées récemment terminé et dons Mr Tissé maire a été le promoteur, et nous l'en félicitons, a vu défiler dans ses arènes la foule des grands jours avide de course landaise. 

Au jury Mrs Furon, Lafargue, Dufour. Délégué Labeyrie. Au micro Lafitte Roger. Service des primes Mr Touzanne. 

Au toril dans l'ordre de sortie : Tosca, Carmencita, Capitana, Aturine, Mioura, Deroera, Andalouse et Passiéga pour le sauteur. 

La course. Malgré ce bétail de choix rapide et combatif, sauf toutefois Capitana qui ne retint pas l'attention des écarteurs, ni en conséquence celle des jurés, la première partie de cette course ne fut pas extraordinaire puisqu on ne compta pour le challenge de l'Armagnac que 199 points avec les sauts. La chaleur sûrement avait incommodé bêtes et hommes. 

Après l'entracte tout alla bien mieux. Trois hommes, Forsans, Gérard et Tastet se mirent en évidence et avec l'aide des 9 écarts de Lacaule à Tasca réussirent à obtenir un pointage mérité soit 154 points. Oui la deuxième partie fut très belle et il y a longtemps qu'on n'avait pas vu Marcel Forsans dans de telles conditions et dans ce style qu'on lui connaît bien. De même il est assez rare de voir un Gérard comme ce 30 juin dans un mano à mano avec Forsans devant Carmencita. Quant à Tastet, sympathique écarteur, toujours magnifique devant Aturine avec toutefois deux touches aujourd'hui mais sans gravité. 

Les hommes : naturellement après le succès obtenu en deuxième partie, Forsans arrive en tête avec 33 écarts pour le challenge pour 95 points, avec les écarts hors challenge il a dépassé largement les 40. Le grand Marcel fut bien devant Mioura en première partie mais supérieur après le repos avec Carmencita, Mioura et Andalouse, très applaudi, appelé au centre et avec des primes très élevées. Gérard arrive en deuxième position avec 25 écarts pour 74 points. Il fut très bien avec Carmencita aux deux sorties, ainsi qu'avec Aturina pour 3 écarts et 5 à Mioura après le repos. Tastet se réserva comme toujours pour Aturina qu'il connaît bien à présent, une bête en somme pour lui et avec laquelle suivant sa réussite il obtiendra toujours un fort pointage. Au total 24 écarts 70 points. A noter pour moi un écart de cinq points à cette bête en deuxième partie puis vient Chiquito avec 16 écarts pour 42 points dont 15 exécutés en première partie à Mioura, Dereora et Andalouse. Chiquito fait un saut très haut mais calcule mal des fois la vitesse de la bête. Dommage, il en résulte une perte de points. Lacaule 13 écarts, 30 points, ne s'est présenté que devant Tasca aux 2 sorties et devant une nouvelle hors challenge. Torero courageux que nous reverrons avec plaisir. Michel 5 écarts seulement pour 15 points, 3 à Tosca et 2 à Carmencita dont un de quatre points. Dussarat  n'eut guère de place, deux écarts à Tosca et deux à Capitana, ces derniers sans succès vu la non combativité de la bête. Total 4 écarts, 9 points. Gilbert 2  sauteur a été merveilleux avec Passiéga surtout dans ses 3 sauts périlleux. Le jury lui a accordé 21 points pour les 6 meilleurs, il les méritait. Pour Meunier à la corde pas d'observation, au contraire des félicitations. Bon entraînement également. 

Résumons : très bonne deuxième partie de course, 353 points pour le challenge de l'Arma gnac, très bonne ambiance due aux succès des trois hommes précités et des Dandys de l'Armagnac, sans oublier le speaker Roger Lafitte.   

Ernesto   (transmis par le Toujousain)


- Larbey lundi 10 juin 1968 troupeau et cuadrilla Maigret

Par une température idéale s'est déroulée la traditionnelle course landaise nocturne qui clôturait les festivités tauromachiques de ce petit village. Les gradins étaient abondamment garnis, prouvant une fois de plus la vitalité de notre sport landais dans ce joli coin de Chalosse.

Brillant défilé sur l'air de la Cazérienne exécutée par l'orchestre Daniel Lafargue. Le paséo était composé de Saint-Martin, Darracq 2, Barrère, Lalanne, Pierrot, Laffitau2, Bertin et Janot sauteurs, Descazeaux entraîneur et Mazzantini à la corde.

Mr Balancie est à son poste de speaker. Le jury est composé de MM. Loueilh, Despouys, Laborde et du signataire de ces lignes.

Dans les loges sont enfermées Yélita, Gastoncita, Carina, Chiquita (s) Dalida, Solanita et Colita. Yélita et Carina furent supérieures, Dalida et Colita bien en course, cette dernière légère et facile tandis que Solanita et Gastoncita ne reparurent pas en deuxième sortie, leur comportement ayant été moyen.

Dès le début on sentit dans l'équipe l'ardent désir de bien faire et la première partie se déroula très rapidement. Au deuxième acte baisse de la qualité mais Yélita permit une bonne fin de course, terminée sous des applaudissements nourris au paséo final.

Côté toréros, en tête Darracq II avec 35 écarts, souvent sur la brèche. Christian dessina de très jolis écarts face à Yélita, Colita et Dalida. Saint-Martin 25 écarts, ses partenaires furent Gastoncita, Dalida et Colita. Travail moyen dans l'ensemble. Lalanne 23 écarts, le meilleur pour la qualité. Ce jeune toréro s'est distingué particulièrement devant Carina, il tourna trois écarts à l'intérieur pointés au maximum, qui soulevèrent une grande ovation. Au deuxième acte, sur une faute la même bête le châtia et le refroidit un peu par la suite. Bravo Lalanne et continue. Laffitau II, 21 écarts. Néné reste toujours l'homme de ressource et il se défendit bien face à Yélita. Pierrot s'inscrivit pour 5 écarts tandis que Barrère longuement sollicité ne se plaça que trois fois. Descazaux s'essaya une fois devant Colita et fut à la hauteur à l'entraînement. En civil Montaut exécuta trois bonnes passes. Bertin nous offrit sept sauts dont deux périlleux parfaitement réussis. Janot s'envola une fois. Mazzantini toujours précieux dans son rôle de cordier.

Au total 116 écarts et 8 sauts dont 4 périlleux. De nombreuses primes furent distribuées.

Yan de la moule nabe (transmis par le Toujousain)


- Monguilhem dimanche 9 juin 1968 Troupeau et cuadrilla Labat  

Temps favorable, nombreux public, la plupart des connaisseurs. Une piste très bonne. Le toril : Americana, Petula, Bombita, Eluza, Marciacaise, Auzana, Litoise pour le sauteur.

La cuadrilla : Ramuncho (chef), Ramunchito, Marc-Henri, Lamarque, Durou, Bourdette, Serge, Duplat (sauteur).

Au jury : MM Nicou, Furon, Maurice Lafitte. Au micro : Mr Benquet. A la presse : Mr Clavé et votre serviteur. Musique assurée par la Renaissance Estangoise, avec la participation des majorettes de Saint-Justin.  

La course. Americana fut attaquée par toute la cuadrilla pour la présentation d'usage. Au total 26 pts. Petula fit 24 pts. Bombita 30 pts, travail très sérieux de Marc- Henri. Ne parlons pas de Solita, il fallut Eluza 28 pts, le poids lourd du troupeau Labat pour en venir au sérieux, et surtout Marciacaise 32 pts qui fut travaillée par Ramuncho sous un tonnerre d'applaudissements. Auzana 34 pts maintenait l'ambiance grâce à Marc- Henri, Bourdette et Ramunchito. La première sortie s'achevait sur 201 points avec une exhibition de Duplat pour 6 sauts, un saut ordinaire, un pieds-joints, troix périlleux et un de l'ange. En deuxième partie : Américana atteint 31 pts grâce à Marc-Henri et surtout Lamarque très en forme et très applaudi pour son courage. Lamarque est touché ensuite par Eluza, le jeune Serge lui succède. Eluza n'a pas été régulière. Une nouvelle qui n'a que trois sorties à son actif est ensuite travaillée par Ramunchito et Lamarque revenu. Avec Marciacaise nous assistons à une série de 11 écarts, les uns plus beaux que les autres avec Ramuncho qui passe au ras, nous coupant le souffle. C'est le triomphe, 39 pts. Devant Auzana, Ramunchito continue sur cette voie glorieuse mais il est malheureusement touché et amené à l'infirmerie. Marc-Henri le remplace, déchaînant les mêmes bravos. Résultat final : 126 écarts, sauts et 359 points pour le challenge de l'Armagnac. 

Ramuncho 21 écarts 82 points, Ramunchito 9 pour 28 points, Marc-Henri 40 écarts pour117 points, Durou 12 pour 30 pts, Bourdette 10 pour 28 pts, Lamarque 15 pour 41 pts, Serge 14 pour 30 pts.

Joseph Labat et sa cuadrilla défilent et c'est la fin d'une course extraordinaire. Merci à tous et à l'année prochaine. 

Pablo de la Houn  (transmis par le Toujousain)


- Grenade sur l'Adour 9 juin 1968   Troupeau et cuadrilla Larrouture-Pabon 

Enfin une belle journée de juin avec un soleil chaud,  un ciel bleu et même pas mal de poussière sous le galop des bêtes. Aussi  encouragés par un temps  de saison  on est venu nombreux, les arènes sont bien pleines, plus de monde que l'an dernier, regain de la course landaise, curiosité de découvrir les jeunes vedettes  de la cuadrilla Forsans, tout cela a certainement joué. 

La course fut constamment animée avec des moments de grande émotion, des redressements spectaculaires, deux très bonnes sorties des deux nouvelles espagnoles, mais surtout beaucoup ont découvert Chiquito, magnifique devant Andalouse qui avait fait le vide. Impeccablement placé dans l'axe, sur un saut toujours très haut et droit, tournant au ras de la bête et finissant avec élégance, il a séduit et c'est justice. Mais ce qui nous a fait particulièrement plaisir, c'est son courage et son désir d'écarter. Durement touché il eut le grand mérite de revenir aussi brillant et téméraire. De plus, ses débuts devant les deux nouvelles ont montré un jeune lucide, travaillant avec sang-froid, se penchant très bien, pieds joints et sans jeté exagéré. Encore un peu de métier et Chiquito en étonnera plus d'un s'il persévère dans cette bonne voie. Au total 30 écarts. 

Armel Lacaule 12 écarts, a également beaucoup plu avec un très joli saut, pas toujours bien placé mais réussissant mieux dès que l'axe est trouvé, même face à Carmencita, dure et imposante. Michel II 6 écarts ne put rien aujourd'hui malgré son désir. Il subit deux très gros chocs avec Andalouse,  mais lui aussi très courageux connaîtra des jours meilleurs. 

Chez les confirmés, Raoul Tastet 20 écarts réalisa avec Aturine son numéro. Toujours aussi émotionnant, surtout en seconde sortie alors que la bête rendait mieux.

Jeannot Dussarat 22 écarts, bien que touché au genou montra une très louable sincérité, le public ne réagissant pas à notre avis suffisamment vu la valeur de son travail devant Armandine et Limona. 

Marcel Forsans 18 écarts, bien que discuté  comme à l'accoutumée se montra en deuxième sortie devant Carmencita et Miura, coulant des écarts dans le plus grand classicisme. 

Gérard 14 écarts et Lavigne 10 écarts avec le mérite d'en passer à l'intérieur au moment opportun pour redresser la coursière, terminent cette cuadrilla privée de Noguez militaire. 

Si nous ajoutons Michel Agruna en belle forme, 24 points le maximum pour ses sauts, Gilbert, Théau et Meunier sans reproches dans leurs rôles respectifs, nous pensons que nos pronostics d'avant la course se sont justifiés.

Au total une équipe solide, complète, qui peut réjouir le public et même l'emballer par l'ardeur juvénile de certains, le satisfaire aussi par le classicisme des autres. 

Quant au lot enfermé dans les loges par l'entente Larrouture-Pabon il s'avéra sérieux et noble à la fois, restant bien dans la tradition de cette firme. 

MM Lamensans, Laborde et Escoubet attribuèrent 349 points pour le challenge. La clique et la fanfare des blés d'or surent créer l'ambiance musicale indispensable à toute bonne course landaise. 

En Dehen   (transmis par le Toujousain)


- Pomarez  Lundi 3 juin 1968 

Gros succès sur toute la ligne. L'arène comble grouillait d'une affluence record venue de toute le région, parfois de bien loin, attirée surtout par l'énigmatique production des deux toros annoncés. Ceux-ci puissants, bien en chair et répondant magnifiquement aux cites ont fait une énorme sensation et l'exploit s'est soldé par 14 écarts et 6 sauts. Un triomphe. Le dénommé Sangar qui parut au cours de la première sortie fut attaqué en premier lieu par Ramunchito qui lui servit 4 écarts avec une touche légère, et un saut absolument imprévu  sur le démarrage du fauve qui laissa le public sans souffle. Avec beaucoup de cran le jeune Bourdette fit également deux écarts. Il fut accroché et roulé, sans trop de mal, à son second et applaudi comme on le devine, étant enfant de Pomarez. Duplat se tailla aussi un très vif succès avec un saut ordinaire et un époustouflant saut périlleux. On lâcha Castillan au cours du deuxième acte, plus lourd et plus haut de garrot que le précédent, très fougueux au départ. Il ralentit assez vite son train, n' en devenant que plus difficile et dangereux. Mais les gars ne se dégonflèrent point et l'on enregistra pour cet impressionnant animal 6 écarts de Ramunchito, 2 de Bourdette, 2 sauts à la course de Ramuncho et encore un magnifique périlleux de Duplat. 

L'autre partie du programme assurée avec les pensionnaires femelles de l'écurie Labat  s'inscrivit également dans la parfaite réussite du jour. Excellent fut le comportement des coursières qui donnaient l'impression de ne pas vouloir se montrer inférieures à leurs congénères de l'autre sexe. Une mention particulièrement flatteuse pour Auzana, Cordoba et Marciacaise. Les hommes aussi se donnèrent à fond avec beaucoup de volonté et une application soutenue. Voici pour l'ensemble de la course la ventilation par acteur du travail fourni. Ramunchito 30 écarts à son actif et un saut. Une fois de plus,  la palme du vainqueur revient à cet exceptionnel champion qu'est Marc-Henri 29 écarts et la note "très bien". Durou 21 écarts avec un grand mérite en dépit de quelques sévères contacts. Ramuncho 14 écarts et deux sauts avec de fort belles réussites en fin de course. Bourdette 16 productions remarquables de courage devant les deux taureaux et de précision dans quelques feintes magistralement dessinées. Deyres, très malchanceux, 5 écarts malmené par Marciacaise. Il fut définitivement éliminé par Cordoba. Le jeune Lamarque se plaça à 4 reprises. Duplat signa 10 sauts dont cinq périlleux sur les deux taureaux et Arbolaria. 

Les services auxiliaires, corde, entraînement et mise en scène furent impeccables. La musique fut délicieuse comme toujours à Pomarez mais cette fois peut-être la remarqua-t-on moins, tellement les esprits étaient intensément captivés par ce qui se passait dans la piste. Quelle ambiance et que d'émotions tout au long de l'action avec ces sorties suffocantes des deux mâles, la témérité incroyable de nos gars, 18 chutes spectaculaires enregistrées en dehors du travail spécial réalisé devant les toros, une vingtaines d'écarts  atteignant des cotations supérieures rarement accordées. Plus de 3000 badauds aussi enthousiastes que curieux, aussi ébahis qu'enchantés qui seraient prêts à revenir demain et à payer bien plus cher au guichet si on pouvait leur assurer une course d'égale qualité. 

L'Eclopé (transmis par le Toujousain)


- Samadet Lundi 3 juin 1968 Troupeau et Cuadrilla Maigret 

Ce lundi de pentecôte était sans soleil mais le temps tenait bon, aussi les arènes de la cité que gouvernait l'abbé de Roquépine n'avaient à cet effet vu autant de monde venu de toute part.

Le ganadero de Habas, vu le résultat de la veille, avait fait un choix judicieux dans son cheptel et avait enfermé dans les loges Colombine, Canastille, Arizona, Bouréga, Solanite, Challengita, Didiera et Chiquita, un bétail de respect.

Barrère triomphe à Samadet, 34 écarts, avec Colombine puis avec Challengita qu'il attaqua en première sortie. Mis ko il ne put rééditer la sortie avec Didiera mais il fut cependant porté en triomphe par de jeunes admirateurs. Saint-Martin 29 écarts, écarta un peu toutes les bêtes, accapara la nouvelle pour 8 écarts puis le jeune toro Sangar, avec 5 écarts sans corde et autant avec corde. Ce jeune toro sauta majestueusement la talenquère, semant la panique. Saint-Martin se dépensa beaucoup et termina très fort avec Didiera. Récompense et ovation. Duffau 26 écarts devant Bourrega et Challengita, réussit de très bons engagements sur le saut, très applaudis. Pierrot 13 écarts n'a pas semblé être dans un bon jour, il est vrai que Canastille le toucha durement. Christian Darracq 12 écarts, à retenir une longue série à Canastille. Laffitau 3 écarts, Lalanne 2 et René Darracq  qui fut mis hors de combat à son premier écart face à Canastille. Ici je me permets de remercier vivement Mr le docteur Barradou qui descendit souvent à l'infirmerie pour apporter ses soins aux écarteurs. Bertin s'élança par-dessus Chiquita et offit une belle série de sauts périlleux dont trois furent retenus supérieurs. Bon entraînement de Descazaux qui reçut un mauvais coup aux côtes de la part du jeune toro Sangar. Mazzantini très précieux à la corde car le bétail était dur et fougueux. 

Cette course a également satisfait le public et a donné une moyenne de 344 points pour le challenge des Landes. En conclusion, deux courses différentes à Samadet mais dépassant la moyenne, et d'où sortent champions Forsans et Barrère. Remercions tous les musiciens et les bandas qui ont su donner l'ambiance. Nous adressons nos félicitations aux organisateurs, en espérant qu'ils maintiendront le principe des deux troupeaux, ce qui a donné satisfaction à tous les tauromaches. Avec ses belles arènes rénovées, Samadet brille  désormais dans la flamme de la course landaise.

Roger (transmis par le Toujousain)


- Samadet Dimanche 2 juin 1968 Troupeau et cuadrilla Larrouture-Pabon

Le temps était à la pluie, et à l'heure du paseo les visages des organisateurs et des aficionados qui s'étaient déplacés semblaient anxieux. Mais Sainte Rose veillait et après la première vache on ferma les parapluies, et les quatre cinquième de l'arène se remplirent. 

Les ganaderos Larrouture et Pabon avaient enfermé dans les loges : Ratona, Carmencita, Miura, Aturine, Magnoca, Listone, Andalouse et Passiega pour le sauteur.    

D'emblée Marcel Forsans attaque Ratona et tous les écarteurs se présentent. La dure Carmencita permet ensuite une bonne sortie, cela est de bon augure. Il y aura par la suite un léger flottement, rattrapé magistralement en deuxième partie. Forsans le grand écarteur que nous connaissons est en tête avec 32 écarts, toujours présent sur le terrain. Il eut un gros succès devant Miura et malgré certains détracteurs il reçut l'ovation méritée. Raoul Tastet, enfant d'Hagetmau, 25 écarts dont 19 à Aturine, avec élégance et pureté malgré une rude touche face à Andalouse, donna le ton en deuxième partie. Lavigne IV 16 écarts, eut le lourd privilège d'attaquer Listone dont il reçut une sévère touche, courageux devant Carmencita. Michel II bien avec Andalouse, un jeune qui bien conseillé fera un grand écarteur. Gérard 10 écarts parut un peu réservé mais travailla Carmencita et reçut une rude touche. Viennent ensuite Armel Lacaule et Noguès 7 écarts chacun, Dussarat 6 et Chiquito 4. Travail honnête de ces jeunes. Michel Agruna franchit Passiega de diverses manières, très applaudi dans ses derniers sauts périlleux. Meunier à la corde eut parfois à tirer dur car le bétail n'était pas facile à placer. Bon entraînement de Gilbert et de Théau. Félicitations à Camille pour son rôle de mayoral.

Le public se retira satisfait de cette course qui donne 348 points pour le challenge des Landes, moyenne donnée par Mrs Lamensans, Samadet, Doux et R Loueilh délégué. 

Entracte animé par les enfants des écoles, partie musicale assurée par la société et la clique de Samadet, par les compagnons du rythme et par la célèbre banda lous faïences. 

Roger (transmis par le Toujousain)


- Monlezun d’Armagnac  Dimanche 19 mai 1968  Troupeau et cuadrilla Labat 

La course de Monlezun avait débuté en trombe avec Marc-Henri devant Bombita et Campagnera, un Marc-Henri  sensationnel,  signant des écarts en dedans époustouflants. Puis au fil des sorties  le rythme diminua et nous arrivâmes à l’entracte avec 204 points. Nous espérions retrouver en deuxième partie  l’entrain du début, mais le bétail marcha moins bien.  Il fallut alors la volonté de Marc-Henri,  qui fut vraiment le héros du jour avec 50 écarts pour terminer sur la note "bien". Et puis il y eut aussi la sortie de Marciacaise bien en course  qui trouva un Ramuncho des grands jours, haussant d’un ton  la qualité du spectacle. 345 points furent totalisés par le jury composé de Messieurs Lafontanie, Maulon et Larrieu. 

Qu’a-t-il manqué à cette course pour dépasser la moyenne ? Le travail habituel de Ramunchito devant Auzana, une bête qui aujourd’hui n’eut pas son pointage habituel. Pourtant Monlezun aura laissé dans la mémoire, comme chaque année, un souvenir durable : les écarts lumineux de Marc-Henri en début de course, écarts qui soulevèrent l’enthousiasme du public, car ils avaient atteint la perfection. Ainsi donc cette petite place, perle du Bas Armagnac n’aura pas failli à sa réputation. Les gradins convenablement garnis où l'on retrouvait tous les jurés de l’Armagnac et de nombreuses personnalités seront pour nos amis Nicou et Lafitte un encouragement pour l’avenir. 

Le bétail : Mr Labat avait amené un lot de magnifique présentation qui fit une première sortie magistrale. Bombita, Campagnera, Américana, Cordoba, Eluza, Marciacaise et Auzana méritaient toutes la note bien ou très bien. Au deuxième acte, Americana et Campagnera n’eurent pas le même allant, Bombite fut bien, Marciacaise supérieure, Auzana accrocheuse parfois. La nouvelle avec corde ne laissa pas une grande impression. En résumé très joli  bétail imposant et combatif. 

Les hommes : Marc-Henri 50 écarts fut le roi de la journée. Ses séries en début de course devant Bombita et Campagnera des modèles du genre. Il signa à l’intérieur deux écarts de 5 points monumentaux. Campagnera lui permit elle aussi 6 écarts de grande classe au deuxième acte. Américana et Bombita le virent récidiver avec de nombreux écarts supérieurs. Primes maximum et bouteilles, nombreuses ovations de tout le public, rien n’aura manqué à Marc-Henri qui a fait à Monlezun l'une des plus belles courses de sa carrière. Ramuncho 18 écarts  fut le chef de cuadrilla que nous aimons, toujours en piste pour commander et aider ses camarades. Après avoir tâté à Marciacaise en première partie, il attendit de voir le déroulement du deuxième acte pour mettre tout le paquet, surtout au moment où la course fléchissait. Il reprit Marciacaise pour 9 écarts, et quels écarts ! deux bons, 4 supérieurs, deux monumentaux. Du grand Ramuncho. Ovations, grosses primes, nombreuse bouteilles, bravo Christian. Deyres 18 écarts, assez bonne journée de Jean-Claude qui attaqua Americana, Eluza et même Marciacaise en première partie, et Campagnera en deuxième partie avec assez de bonheur. Deyres est l’homme du bétail dur et donne toujours l’impression du danger. Il fut bien récompensé. Bourdette 12 écarts plus 7 hors challenge, ce jeune se cherche encore mais avec sa vista et ses moyens il doit percer un de ces jours. Il lui faut un peu plus de gnac et de volonté car il montra devant Cordoba qu’il pourrait égaler les meilleurs. Allez Bourdette il faut foncer, le succès est au bout. Primes et bouteilles pour lui aussi. Ramunchito 8 écarts, le champion de France n’était pas dans un jour faste, et même Auzana sa partenaire habituelle ne l’inspira pas. Durou 8 écarts, lui  non plus n’était pas dans le bain aujourd’hui. Lamarque 6 écarts, on ne lui laissa pas souvent la place et c'est dommage car il peut faire très bien. En l’absence de Duplat, Ramunchito fit 3 sauts périlleux bien réussis puis 3 sauts ordinaires, faciles d'aisance, tandis que son frère Christian en faisait un à la course, tandis que Bourdette tentait assez bien un saut périlleux. Dulucq très actif à l’entrainement et André Lux maître  courdayre se dépensèrent pour le succès de la journée. La  musique d’Estang fit un bon accompagnement musical  tandis que les bandas de Monlezun donnaient un tonus supplémentaire au spectacle. Evidemment Roger Lafitte au micro fit de son mieux pour encourager les hommes et animer la course et il y réussit bien souvent. 

Le comité de Monlezun n’aura pas cette saison la plus belle course mais il aura eu une belle course, et un Marc-Henri impérial. Et c'est bien ainsi. 

Ener (transmis par le Toujousain)


- Haut-Mauco Dimanche 2 Juin 1968 Troupeau et cuadrilla Maigret

On se serait cru plutôt au mois de mars en ce premier dimanche de juin, vu le ciel gris et bas,  la température froide, et personne n’aurait pensé que la course aurait pu se dérouler sans pluie et dans d’aussi bonnes conditions. Malheureusement, et ceci influa grandement sur la course, lors du déchargement du bétail Tursane  s’électrocutait dans sa loge, grosse perte pour le Ganadero Maigret car cette coursière était de valeur, ayant participé à presque toutes les courses de la temporada passée. De ce fait, Gastoncita très décevante ne put être remplacée, ce qui fit perdre à la cuadrilla entre 15 et 20 points. Du lot présenté émergèrent très largement Didiera et Bourrega, Carine s’avérant facile, Solanita idéale et Colombine meilleure en deuxième sortie.

Jo Barrère 27 écarts pour 81 points fit vraiment plaisir à tous les spectateurs malgré l’annonce  de sa retirada en fin de saison. Toujours bien placé, sans perte de terrain, frôlé à presque tous ses écarts, il enleva facilement le concours final. Marcel Lalanne 36 écarts pour 86 points, un jeune découvert par beaucoup, fit preuve de courage et de qualités certaines, à lui de persévérer dans cette bonne voie. Pierrot 21 écarts pour 49 points, malgré de rudes touches, confirma sa bonne forme de début de temporada. René Darracq 14 écarts pour 40 points souleva les gradins avec Bourréga, réussissant des séries d’excellente valeur. Darracq II avec 13 écarts pour 31 points alterna le bon et le moins bon. Rien de spécial pour Ferdi Dufau 5 écarts pour 13 points, Gilbert Saint-Martin 1 écart pour 2 points, sans compter son travail face à une nouvelle blanche et noire, valable pour une première apparition et Laffiteau 3 écarts pour 6 points. Jean-Pierre Bertin, excellent dans ses sauts périlleux au-dessus de Chiquita enrichit le total de 23 points. Janot, Descazaux et Mazzantini sans reproche dans leur travail respectif. 

Au total 331 points pour le challenge Landes-Béarn pour une course animée et plaisante, qui aurait, répétons le, résulté meilleure sans la brutale disparition de Tursane.

Au jury : Mr Mays et Mr Dumas, aux primes Mr Escoubet et Mr Lamarque. Speaker : Jean Etcheberry. Ambiance musicale assurée impeccablement  par les Blés d’or de Grenade. Public nombreux et vibrant malgré une température hors de saison. 

En Dehen  (tranmis par le Toujousain)


 

- Pomarez 1er Mai 1980 Troupeau Latapy Cuadrilla Rivière 

Température douce et agréable, assistance moyenne. Harmonie pomarézienne (Mr Lagu) toujours excellente. Jurés : Mrs Delos, Soubaigné, Bancons et Bréthous stagière. 

Les habitués de course landaise connaissaient la valeur de la Ganaderia Latapy, ils n’ont pas eté déçus par le lot de Pomarez, lot qui a fait l’unanimité, des vaches solides et dotées de belles armures, partant bien sur l’homme, rapides et poursuivant bien leur course après l'écart. Elles ont fait l’unanimité,  justifiant pleinement  la présence du Ganadero Latapy très applaudi au paseo final. Les meilleures : Pécotchita, Durandine, Zapatera, Corrézia et la nouvelle Pomarezia. 

Quant à la course elle intéressa constamment le public, la marquant de nombreuses réactions  malgré le handicap pour elle de donner sa première course sérieuse de la saison ; handicap apparent lors de la première partie, bien qu’à 5 (Vic et Ducamp étaient absents, Juanito bon élément fut éliminé à son 2è par Zapatéra). La cuadrilla Rivière a convaincu qu’elle pourra assurer des courses d’un excellent niveau. 

On retiendra surtout  les images de Rivière réussissant enfin avec Durandine un travail classique et serré. les progrès affichés par Poulitou au saut d’appel très haut,  retombant bien sur le museau  pour finir au plus près de Pécotchita, le renouveau  de Dartiguelongue  que ce soit devant Corrézia ou Taurine, alternant les deux cornes sur cette dernière, tirant bien le bénéfice de ses intérieurs ;  enfin la découverte de Moreno, peu connu de beaucoup, très souple et élégant, tirant le meilleur parti de Zapatéra ou montrant son courage devant la nouvelle. Seul Josélito  après un bon démarrage ne suivit pas la courbe ascendante de ses camarades. Ajoutez le sauteur Guy Dubos qui réalisa un joli score malgré une Rayonna pas assez longue dans sa course. 

A cela s'ajoute la réalisation de 13 intérieurs et vous aurez toutes les raisons de la satisfaction générale. Brettes inspirant confiance à la corde, Bertrand (le plus en vue) et Didier Latapy assurant l'entraînement. 

Pour Latapy et Rivière, l'entrée est appréciée à Pomarez. 

Les écarts : Moreno 26+7 à la nouvelle, Dartiguelongue 26, Rivière 23, Poulitou 22, Josélito 11+1 à la nouvelle, Juanito 2. 

Les points : Mimosa 25,50, Zapatéra 26,25 et 28,125, Taurine 24,25 et 26,625, Durandine 24,625 et 26,375, Jabonaira 22,50, Pécotchita 30,125 et 29,50, Corrézia 26,375, Rayonna (sauteur) 30,625, Nouvelle 6 bonifications.

En Dehen (transmis par le Toujousain)


- Sainte-Colombe 26 avril 1980 Troupeau Larrouture - Cuadrilla Michel 2

A défaut d’un soleil éclatant,  la course landaise que nous présentait Mr Diris  le nouveau président du comité des fêtes de Sainte-Colombe s’est déroulée dans une excellente ambiance à l’exception d’Etchevaria difficile à placer et de surcroit aux départs désordonnés. Les coursières présentées dans une piste impeccable firent honneur aux couleurs de la ganaderia dacquoise.

En effet après la sortie d’Elisaldia  qui vit la présentation  de toute la cuadrilla championne de France,  les toreros attaquèrent tour à tour Mikaella, Etchevaria, Favorite, Claudia, Montagnéra, Hardilla et Didiera réservée aux évolutions du sauteur Balo. 

Parfaitement débutée par  THEODORE  avec des relais heureux de BORDES et de  SAINT-MARTIN,  la nouvelle  qui répondait à la moindre attaque sembla se comporter en grande coursière. 

Très rondement menée cette course se termina en apothéose avec la sortie de la splendide Hardilla qui permit à Michel 2, Bordes, Ducassou, Agruna et même Bernard Laplace de rivaliser à qui mieux mieux.

A tout seigneur tout  honneur  c’est  MICHEL AGRUNA  qui arrive en tête avec 25 écarts  tournés avec beaucoup de bonheur devant toutes les coursières. Et pourtant malgré sa réussite, malgré sa facilité,  ce dynamique toréro fut fortement contesté par une partie du public qui ne lui pardonnait pas d’avoir pris la place du jeune Saint-Martin face à Montagnita. Mais bien vite  Michel retourna l’opinion par un travail exceptionnel devant Hardilla qui souleva des applaudissements nourris. 

Sans ménager un genou douloureux le champion de France DIDIER  BORDES a gagné à 18 reprises l’admiration du public par son attente extrême et la précision millimétrée de ses suertes, avec beaucoup de facilité,  de calme et surtout de précision. Didier  nous donne incontestablement la note artistique. Face à Favorite il tourna du côté non protégé l’écart parfait  qui  le classe comme l’artiste incontesté. 

Troisième mousquetaire  de cette cuadrilla, THEODORE allia également qualité et quantité avec 17 écarts ou feintes. Voila un jeune qui se confirme dans cette nouvelle équipe qui ne manque ni de classe ni d’ambition.

Très plaisant également le jeune  CHRISTIAN SAINT-MARTIN  avec ses 15 écarts tournés un peu devant toutes les coursières, à l’exception de Hardilla. Son écart précédé du saut classique  porta beaucoup  sur le public qui admira la fraîcheur et la gaieté apportées par l'écarteur de Castandet. 

JEAN-FRANCOIS DULAU le régional de l’étape,  tourna lui aussi 15 écarts  sans retrouver sa réussite de l’an dernier. Il se retrouva toutefois complètement  dès qu'il consentit  à se placer bien dans l’axe et à attendre au maximun la charge de la coursière. Moralité : sans aller au fond des choses il est impossible de résoudre certains problèmes.

Conscient de son art  GILBERT DUCASSOU  autre protagoniste majeur, reste le torero complet qui mène ses sorties sur un rythme constant. On attendait bien sûr le tandem Ducassou-Hardilla. 14 écarts pour Gilbert et c'est précisément dans cette finale d’apothéose que le champion de France 1978 nous démontra  qu’il possède beaucoup de talent. 

Avec un genou tout neuf  ROGER BERNET nous offrit 11 écarts. Il a retrouvé la confiance et surtout sa partenaire Mikaella. 

Avec l’entrain contagieux de tous ces toreros il restait peu de place au chef de cuadrilla  MICHEL 2. Avec 9 écarts il se montra pourtant très décidé, lançant la course dès la sortie d'Elisaldia. 

Face à une Didiera peu coopérative, BALO égrena avec des fortunes diverses la gamme complète des divers sauts. Quant aux entraîneurs  THEAU et JOSE BATS ils se dépensèrent sans compter dans leur délicate mission qui consiste à lâcher la coursière dans la trajectoire idéale. A la corde  nous avons retrouvé avec plaisir MAXIME l'ange gardien vigilant et avisé. 

Apôtre désormais de la course landaise, le néo speaker YANSSEN sillonne chaque année nos plazas où il œuvre très utilement au bon déroulement du spectacle en créant une ambiance exceptionnelle. Toutes nos félicitations également à la société musicale de Doazit  qui par son répertoire de choix sut magnifier les exploits de tous nos toreros. 

A G F (Abbé Gérard Fédensieu) transmis par le Toujousain 


 

- Classun - Dimanche 19 mai 1968 - Troupeau et cuadrilla Larouture-Pabon

Ce petit village des bords du Tursan avait organisé pour sa fête patronale ce dimanche 19 mai une course landaise formelle comme plat de résistance. Pour ce faire le dynamique comité des fêtes avait fait appel aux ganaderos de l’entente Larrouture-Pabon. Bien leur en pris car, disons-le tout de suite, qu’autant les ganaderos que la cuadrilla ont satisfait tout le monde. Le temps était légèrement gris mais le comité soucieux de ses deniers et aussi pour satisfaire à la foi les amateurs de rugby et de course landaise retardèrent le paseo jusqu’à 17 heures.

Défilèrent, aux accents réputés des spécialistes que sont les exécutants de l’orchestre Ducousseau de Geaune, les chefs de cuadrillas FORSANS ET GERARD, suivis de DUSSARAT, LAVIGNE 4, MICHEL, TASTET, GILBERT sauteur, THEO entraineur et inévitablement MEUNIER pour tenir la corde.

 Le speaker Mr Gaye, très en verve, annonçait aussitôt les coursières qui attendaient impatiemment dans les loges : Ratona, Marica, Limona, Paloma, Pédrite pour le sauteur, Magnoca, Aturine, Passiegua et Carmencita.

Toute la cuadrilla vint saluer la première coursière. Mais pour la deuxième sortie, Lavigne 4 s’accapara Marica pour 8 écarts. Puis ce fut le tour de Dussarat avec Limona qu’il monopolisa pour les dix écarts. Paloma assez difficile à placer ne put accepter que 8 présences. Devant Pédrita le jeune sauteur Gilbert 2 s’éleva 7 fois, soit à la course, soit à pieds-joints, dans le béret ou avec un joli saut périlleux et un merveilleux saut de l’ange. Nous pensons que ce jeune a beaucoup de classe, souhaitons lui qu’il n’attende pas trop longtemps pour prendre son envol. Vint ensuite Magnoca, très belle bête devant laquelle Forsans nous gratifia de 9 écarts, et quels écarts ! Le public ne s’y est pas trompé et ovationna Marcel comme il le méritait. Puis ce fut le tour de Tastet qui ne laissa la place à aucun de ses camarades devant Aturine qu’il sut faire fuler avec son joli saut bien droit. Carmencita termina cette première sortie mais Dussarat, Lavigne 4 et Tastet ne purent lui faire que 8 écarts.

Les enfants des écoles de Classun et de Buanes donnèrent à l’entracte une démonstration de culture physique et ils méritèrent les applaudissements du public, qui s’adressaient également aux maîtres chargés de leur éducation.

En deuxième partie nous ne verrons que cinq bêtes. Ratona que Tastet et Dussarat travaillèrent très convenablement. Dussarat décidément en grande forme ce jour fit 11 écarts devant Limona tandis que Forsans et Tastet se partagèrent Magnoca pour 11 autres écarts de très bonne facture. Carmencita permit à Forsans et à Dussarat de faire briller cette course malgré les quelques gouttes qui commençaient à tomber. Et pour terminer, ce fut Aturine que Tastet travailla supérieurement.

En définitive Mr Laborde et l’auteur de ces lignes totalisèrent 133 écarts et 7 sauts qu’ils pointèrent 382 points. En tête TASTET 40 écarts 118 points, DUSSARAT 34 écarts 93 pts, FORSANS 24 écarts 69 pts, LAVIGNE 4 18 écarts 40 pts, MICHEL 16 écarts 39 pts et le malchanceux GERARD qui au 1er écart devant Ratona s’est redémis l'épaule sans être touché ni tombé. Enfin les 7 sauts furent cotés 20 points.

Le public s’est retiré très satisfait de cette tarde et le comité regrettait bien de ne pas l’avoir faite inscrire au challenge. Nous n’oublierons pas le chaleureux accueil de la municipalité et du comité. Avec Mr Larouture qui l’a fait de vive voix, nous remercions tous les responsables. Et répétons comme le ganadero d’Ossage : A l’année prochaine.

Doux (transmis par le Toujousain


- Mont de Marsan - Mardi 7 mai 1968 - Troupeau et cuadrilla Labat  

Le comité des fêtes de la préfecture des Landes,  la ville aux trois rivières, organisait à l’occasion de sa foire exposition  une course landaise avec jumelage des billets et réduction. Si la foire exposition a connu une affluence record, le public n’a pas répondu en masse à l’appel des organisateurs pour la course landaise. Peut-être que le temps maussade avait retenu pas mal de candidats spectateurs, néanmoins quatre à cinq cent personnes  garnissaient  les gradins du Plumaçon. Avec un léger retard sur l’horaire,  aux accents de la marche cazérienne la cuadrilla venait saluer la présidence.  Pour le spectacle,  le maitre de Chiouleben avait enfermé dans les loges et par ordre de sorties : Bombita, Cordoba, Américana, Marciacaise, Arizona, Ramunchita, Auzana, Litéria pour le voltigeur de service. Très  bon lot de coursières où Arizona détona légèrement ; d’ailleurs elle resta au repos en deuxième sortie  ainsi qu’Américana. Hors challenge une jolie nouvelle portant le numéro 100 et qui savait déjà qu’elle avait  une corne gauche dont Durou et Bourdette connurent les caresses.

Dans l’ordre donnèrent lieu au meilleur pointage pour les deux sorties : Auzana 67, Marciacaise 59, Cordoba 58, Bombita  57, Ramunchita 53, et enfin Arizona 28 et Américana 25. 

En ce qui concerne les hommes arrive en tête pour la quantité  DUROU 34  écarts,  battu en qualité d’un demi point par MARC-HENRI 33  écarts. Ces deux hommes effectuant leur plus grand travail devant Cordoba et Marciacaise, deux vaches dures et sérieuses, et Ramunchita pas très très franche dans ses attaques. L’enfant d’Amou a énormément amélioré son jeu, ainsi que Durou. Deux dangereux clients avec qui il faudra compter en cours de saison. 

RAMUNCHITO 24 écarts, l’apothéose devant Auzana à la dernière sortie dans une série de dix écarts,  dont l’avant dernier à l’extérieur et le dernier à l’intérieur soulevèrent les unanimes applaudissements des spectateurs. Cette sortie donna 3,5  de moyenne. Un petit reproche à Ramunchito,  simple défaut de jeunesse, il surprend un peu ses camarades par sa façon de faire. 

DEYRES 14  écarts, l’homme qui ne truque pas,  si ça passe  l’espace vital  est réduit entre l’homme et la coursière et à Mont de Marsan  ça passait. 

SERGE 6 écarts, beaucoup de moyens,  doit améliorer sa sortie et éviter de virevolter dans la finition  de l’écart.

BOURDETTE 4 écarts et LAMARQUE 3 écarts pour le challenge. Il n’y avait  pas trop de place pour eux  en cette journée.  RAMUNCHO 2  écarts,  un coude douloureux depuis Garlin l’empêcha de se produire davantage. Il remplit très bien son rôle de chef. 

Hors challenge 6 écarts de BOURDETTE  à la nouvelle pour une touche et 1 de Durou avec touche. 6 sauts pour le voltigeur qui ne parut pas au mieux de sa condition,  il est vrai que sa partenaire ne fut pas très franche dans ses départs.  LUX  bon à la corde, et parfait entrainement de DULUCQ et DUPLAT.  Deux ou trois mauvais départs à leur passif. Leur jeune adjoint,  doué d’une bonne vitesse, sembla avoir peur des cornes, la confiance viendra sûrement avec le temps. 

Au jury, noircissant du papier, Messieurs Cécère de Sarbazan, Daubagna de la Tuile, Escoubet de Haut-Mauco, Bibes de Meilhan. A l’appareil à blabla Mr Loubéry de Laglorieuse avec comme adjoint Pierre Bordes au service des primes. 

En résumé très bonne course dont le total sera difficile à dépasser. Si la capitale landaise est supplantée et si on voit du meilleur travail,  les cochons de payants en auront eu pour leur argent et dans les chaumières gasconnes  au soir des veillées hivernales  on pourra se remémorer ces magnifiques journées et dire "j’y étais". 

La Joyeuse de Saint-Gor, sous la direction de son chef Mr Bétuing, assurait la partie musicale.

Et pour terminer je dirai simplement :  très belle course, j’y étais  

Le Passant (Jean Samadet)      (tranmis par le Toujousain)


- Garlin - Troupeau et cuadrilla Labat

Encore une journée sans soleil pour cette course landaise donnée à Garlin ce 5 mai à l’occasion de la fête traditionnelle de printemps et  du congrès départemental des anciens prisonniers de guerre.  Temps sombre, pluvieux,  mais malgré cela à 16 heures exactement,  lorsque l’harmonie d’Amou (50 exécutants)  rentre en piste, les gradins  des belles arènes garlinoises étaient bien garnies. 

A la table de pointage Messieurs Nicou, Lafitte Maurice, Lamensans,  avec comme délégué du challenge de l’Armagnac l’ami Clavé. Au service des primes Mr Hourticq et enfin  au micro Roger Lafitte. 

Pour cette journée tauromachique  qui a mérité  une note assez élevée,  le comité organisateur  avait fait appel aux éléments de Chiouleben et aux hommes de la cuadrilla Ramuncho. Le ganadero Labat avait donc fait un choix minutieux du bétail pour la circonstance. Ainsi nous trouvons dans les loges et dans l’ordre pour la première sortie : Bombite, Eluza, Armagnacaise, Américana, Cordoba, Auzana, Ramunchita et Litoise pour le sauteur Duplat. Pour la deuxième partie et dans l’ordre : également Bombita, Eluza, une nouvelle hors challenge, Marciacaise, Ramunchita et Auzana pour terminer. A la lecture de tous ces noms  on remarque que ce bétail est en majeure partie la fine fleur de la ganadéria Labat  sauf naturellement la nouvelle qui n’est autre qu’un espoir. Aussi la tarde parait prometteuse. 

Comme cela arrive fréquemment  dans cette cuadrilla  RAMUNCHITO  arrive encore premier aujourd’hui aupalmarès de cette course avec 28 écartspour 84 points. Présentation de la cuadrilla devant Bombita. Ramunchito a fait ses débuts ce jour devant Américana pour 3 bons écarts, trois également passables devant Cordoba mais supérieurs dans les sept écarts devant Ramunchita  en deuxième partie. Il termine la course en beauté  pour une série de neuf écarts devant Auzana. Donc 28 écarts au total  dont 12 du côté non protégé. 

DUROU l’homme qui monte il faut le reconnaitre, et avec qui il faudra compter sous peu. Dommage toutefois qu’il s’arrête à la feinte et cela malgré son succès dans ce genre d’écarts. Très volontaire, nerveux, il tourne ses  29 écarts  pour 80 points,  très bien surtout avec Eluza lors des deux parties. 

RAMUNCHO supérieur avant le repos avec Ramunchita  et dans sa belle série devant la même bête en deuxième sortie dont un écart de 5 points à l’intérieur. Il est pris par la suite à son premier écart à Auzana,  transporté à l’infirmerie, il n'a pas reparu mais  il est vrai que cela se passait en fin de course. 

MARC-HENRI 12 écarts pour 33 points. En première partie trois écarts seulement pour 7 points mais il a connu un succès avec Bombita en deuxième partie.

DEYRES 10 écarts pour 28 points, a exécuté de belles feintes devant Cordoba et Eluza. 

SERGE 10  écarts également pour 27 points. A retenir ses 6 écarts à Eluza. 

BOURDETTE 7 écarts pour 15 points, rien d’extraordinaire. Il a également attaqué la nouvelle hors challenge. Pointage moyen pour cette présentation.

LAMARQUE 3 écarts, pas trop de place pour lui aujourd'hui.

LUX à la corde  fut le grand sauveur de la journée avec ce bétail d’un tel gabarit,  très bon entrainement. 

Harmonie d’Amou très bien et très applaudie. 

En résumé belle course, 350 points pour le challenge.

A l’année prochaine  ou au moins à la prochaine course à Garlin 

Ernest Lamensans (transmis par le Toujousain)


- Aignan 7 avril1980 Troupeau   LARROUTURE  cuadrilla  MICHEL 2

BORDES meilleur écarteur d’Aignan, coupe remise par MANUEL GARCIA. 

Lundi de Pâques, Aignan, Larrouture :  une trilogie bien connue de tous les aficionados qui étaient venus nombreux malgré un temps plutôt frais. Le manadier dacquois avait enfermé dans les loges un bétail de respect : Montanita, Carinosa, Yonita, Montanégra, Buendia, Hardilla, Didiéra réservée aux évolutions de Balo, Maravilla et une nouvelle. 

La cuadrilla MICHEL 2  forte des champions de France78 et79 devait offrir un spectacle de haute qualité, sachant exploiter les nouvelles règles du challenge, en particulier le bonus de deux points pour les sorties à deux écarteurs. 

DUCASSOU 30 écarts à son actif, le plus grand nombre d’écarts  face à trois des coursières. Gilbert devait tourner quelques suertes d’une irréprochable qualité. Ecarteur classique, le mugronais est moins spectaculaire que certains, mais il est une valeur sûre d’une cuadrilla  à cause d’un nombre  de touches restreint. On ne peut lui reprocher qu’un manque de gnac. 

BORDES 21 écarts, la coqueluche du public, la côte d’amour de tous les aficionados. Champion de France en titre, Didier devait nous offrir un spectacle digne de son titre  avec des écarts au rasoir. Il affrontait Buendia et Hardilla avec une maestria exceptionnelle, ne perdant pas de terrain. Il est capable de soulever les gradins par des intérieurs éblouissants... mais pas ce jour : un intérieur, une tumade. Un écart supérieur devant Hardilla, travail de qualité malgré quelques tumades.

SAINT-MARTIN 16 écarts. Le jeune promu en formelle laissait entrevoir des qualités certaines, doté d’un culot extraordinaire. Un tourniquet inattendu devant Montanita. Il devrait donner rapidement des satisfactions. A revoir pour confirmation. 

MICHEL 2 13 écarts, quelques bons écarts devant une dure Montagnéra, malheureux face à Yonita la moins bonne du lot. Bon dans le rôle de chef de cuadrilla, exploitant au maximum le mano à mano  AGRUNA-BERNET-DULAU. 10 écarts  chacun, le bayonnais devant Montanita, 1 intérieur, Bernet face à Carinosa, Dulau devant Montanégra avec des fortunes diverses. 

BALO en progrès au-dessus de Didiera  malgré une touche  sur un saut à pieds-joints.   THEODORE  peu en forme devant la nouvelle,  très bon travail des hommes en blanc avec mention spéciale au courdayre MAXIME.

Pour le challenge de l’Armagnac 339,75 pts      

Lou Caminet   (tranmis par le Toujousain)


 

- 11 novembre 1979 Troupeau LINES présentation de la cuadrilla 1980

Une journée sombre en ce mois de novembre mais tous les mordus de la course landaise étaient là au rendez vous, dans l’impatience de connaitre la composition de la nouvelle cuadrilla qui aura le devoir de défendre les couleurs du ganadero aturin MARCEL LINES pour 1980.

A 15h30 au son de la marche cazérienne interprétée par Lous Pastouros de Bahus, voici cette cuadrilla qui vient saluer le public, immobile face à la présidence. Les acteurs et toute l’aficion rendaient hommage par une minute de silence à celui qui venait de nous quitter le matin même, RAOUL PABON, lui aussi une grande image de la course landaise.

Le speaker Roger Lafitte fit ensuite la présentation de cette formation : RAMUNCHITO, LAVIGNE, DESCAZAUX, MOUCHET, ERIC ET YVES GANTOIS, DUVACQUIER, BERGES, MARTINE, BIGNALET. DUVACQUIER sauteur, DUBOS, DARZACQ et CADILLON entraîneurs, ANDRE DESCAZAUX cordier. Départs : CHIQUITO et JEAN-CLAUDE BARRERE.

Dans les loges un bétail sélectif qui s’avéra très combatif : Paola, Bétina, Cordoba, Flamenca, Linésa, Maroca, Ramunchita. Les meilleures : Bétina, Linésa, Maroca et Cordoba.

RAMUNCHITO 21 écarts très bon travail, présent devant devant plusieurs coursières (Cordoba, Bétina et Flamenca, bête à revoir qui lui a permis de justesse d’enlever pour le meilleur travail un superbe jambon offert par la fondation Joachim Cazeaux dont le fondateur est Mr Mallet de St-Sever). Dans un geste de grand champion Guillaume a voulu terminer la course et rendre hommage à sa façon à Raoul Pabon en lui dédiant le dernier écart de cette tarde. Et quel écart ! voilà le cœur d’un torero qui a parlé à juste raison.

BERGES 20 écarts lui aussi travail de grande classe dans un style pur, du grand jeu de l’amollois, présent devant plusieurs coursières, une valeur sûre pour le ganadero aturin.

DESCAZAUX 16 écarts égal à lui-même avec une partenaire à sa convenance, Linésa, avec un très beau passage à l’intérieur. Un toréro d’un grand avenir.

LAVIGNE 10 écarts toujours un toréro de classe. Jean-Paul, quand il veut, tourne avec aisance des deux côtés. Passage à l’intérieur devant Maroca et Ramunchita, l’oeil et la vista, ce qui confirme son métier.

MARTINE 9 écarts nouveau venu dans cette formation, présent devant Paola, Cordoba, également une tentative à Maroca et Linésa. Malheureux parfois avec quelques chutes, voulait faire du sérieux. Il faudra compter sur lui pour la saison prochaine.

MOUCHET 6 écarts, toujours devant une coursière qu’il aime bien : Maroca. Notre gersois ne pouvant faire mieux ce jour laissait la place aux nouveaux venus.

BIGNALET 8 écarts un jeune plein d'avenir attaque sur le saut et sur la feinte. Du travail de qualité, il faudra juger sur l’avenir qui semble prometteur.

GANTOIS ERIC 11 écarts, toréro qui a confirmé sa valeur, très bon travail avec passage intérieur sous l’œil du chef de cuadrilla qui fera de lui un champion. Bravo Eric, en espérant une bonne temporada.

YVES GANTOIS 1 écart, toréro en réserve de même que DUVACQUIER, mais l’avenir est devant vous.

Toute la gamme des sauts avec beaucoup d’aisance pour un nom qu’il faudra retenir : DUVACQUIER. Peut-être un jour un champion.

Le cordier ANDRE DESCAZAUX très bon, dans une tâche souvent difficile, et où il y a souvent des critiques sur le métier délicat. Les entraineurs infatigables dans un travail sans relâche. Bravo messieurs.

Une tarde qui a permis de vivre un très beau spectacle. Les organisateurs peuvent être fiers de la qualité du travail fort apprécié par le public. Pour terminer cela un vin d’honneur était offert.

Souhaitons à cette cuadrilla et à son ganadero un bonne temporada 1980.

Bernard Pandelé (transmis par le Toujousain)


 

- Triomphe de  RAMUNCHITO à la course de la mutuelle des écarteurs du 21 avril à Villeneuve de Marsan 

Le champion de France dans son nouveau costume tricolore  s’est montré impérial devant Auzana en particulier,  malgré les efforts du vétéran Gilbert SAINT-MARTIN, la fougue du jeune MICHEL, la vaillance de DUROU. Guillaume distança tout le monde au tercio final,  il signa 6 écarts en dedans qui lui valurent la traditionnelle bouteille  de Mr Dulhoste de Cazaubon et les ovations de tous les spectateurs. Triomphe sans bavure du fils d’Antonio qui commence la temporada 1968 de magistrale façon. 

La course débuta devant 7 à 800 personnes sous un ciel gris  mais par une température clémente,  après un brillant paseo. RAMUNCHITO et DUPLAT  vinrent recevoir au palco présidentiel,  le premier un boléro neuf de champion de France,  le second une cravate et une ceinture tricolore, le tout des mains de Mr Milliès-Lacroix. 

La première partie du spectacle comprenait 3 vaches de chaque ganadero. RAMUNCHITO se mit  particulièrement en vedette devant Américana et surtout devant Auzana. Il fit à cette dernière un véritable festival avec 4 écarts en dedans. Avec Tursana, Négrita et Didiéra de la ganaderia Maigret, Ferdi DUFFAU, DARRACQ 2, SAINT-MARTIN et le jeune PIERROT ne s'en laissèrent pas compter, chacun dans son style. Le jeune PIERROT nous surprit  par ses écarts en dedans. Le lot de  l'entente Larrouture-Pabon fut inégal avec Morica, Listone et une blanche et noire qui cassa sa corne. Par la suite  nous vîmes du très bon  TASTET  et des présentations  agréables des jeunes  MICHEL et CHIQUITO. 

Les sauteurs DUPLAT, AGRUNA et BERTIN firent une très belle sortie pendant l’entracte. Lors de ce dernier il fut procédé à la remise du boléro d'argent par le club de Cazaubon : c’est TASTET qui est le lauréat pour 1967 devant RAMUNCHITO, DARRACQ 2 et MARC-HENRI. 

Deuxième partie : une vache de chaque ganadero, en l’espèce Américana pour Labat, Négrita pour Maigret et une blanche et noire de Larrouture-Pabon. 

Sont classés à l’issue de cette sortie :  RAMUNCHITO 62 points,  Gilbert SAINT-MARTIN 21 points, TASTET 17 pointe et DUROU 16,5 points.

Finale

Vaches sélectionnées : Auzana pour Labat, Didiera pour Maigret, Morica pour Larrouture-Pabon.  RAMUNCHITO l’emporta sans forcer avec de très beaux écarts devant Auzana et un fameux en dedans à Didiera. SAINT-MARTIN arrive en  deuxième position pour un travail très honnête devant les trois bêtes. Le jeune MICHEL remplaçant Tastet blessé fut très volontaire tandis que  DUROU perdit par une chute le bénéfice de son travail. 

Le paseo final fut très applaudi. Quelques longueurs firent que cette course  se termina sous l’averse, on peut regretter qu’elle n’ait pas commencé à l’heure indiquée mais il est dur de sortir de table à Villeneuve. Il est dommage que les arènes de Villeneuve n’aient pas fait le plein  mais trop de concurrence jouait ce jour-là contre elles. Quoiqu’il en soit cette course de l’amitié et de la fraternité  mérite tous nos encouragements. 

Musique : la Joyeuse de Saint-Gor (Mr  BETUING). Au micro ROGER LAFITTE. Jury : Mrs MAYS, SAMADET, MAURICE LAFITTE et FURON. 

La temporada 1968 est lancée, souhaitons lui de multiples succès. 

Ener (Transmis par le Toujousain) 

Souvenirs... Souvenirs : Pontonx sur l'Adour Février 1968

Excellent entrainement avant le challenge pour Ramuncho et ses hommes à Pontonx. Temps très couvert, plutôt froid  juste avant la course, et ceci a certainement influé sur l’entrée ; pourtant une bonne chambrée,  nettement plus importante que l’an dernier à la même époque. Il s’agissait pour le ganadero Labat  de passer en revue son effectif, de faire un entrainement valable avant la mise en place des choses sérieuses dimanche prochain pour le challenge à Amou. 

Aussi avait-il amené un bétail facile dans l’ensemble avec Bombita, Ramunchita, Cierba, Américana, Eluza, Petula, Montoise et Bolindéra. Nous avons retrouvé  des coursières brillantes,  rapides, passant sans grands accrochages. Seules les deux dernières déçurent  ainsi que Astoria pour le sauteur. Mais le bétail était en excellent état, bien en chair,  au poil luisant,  aux démarrages vifs et plaisants.  

Sa cuadrilla se présenta amputée de  Bourdette alité du fait d’une forte grippe, et tout comme dimanche dernier à Pomarez  l’intérêt résida  dans les prestations des jeunes  Serge et Lamarque. Serge,  adolescent très grand et solide, ne rata pas son entrée : 30 écarts. Il attend très bien placé dans l’axe  et la finition de son écart est très heureuse. Lamarque  29 ans, frêle et élancé, tourne très vite. Il semble bien reparti. En fin de course ils se désunirent un peu  mais ce n’était qu’un début, à eux de démontrer qu’ils peuvent continuer sur la lancée  et que le bétail sérieux n’est pas pour leur déplaire. 

Nous avons retrouvé avec plaisir ceux qui resteront au premier plan cette saison encore :  Ramunchito, 35 écarts, avec la facilité énorme qui le caractérise,  que ce soit de loin  avec des écarts sur le saut  et sur les deux cornes,  que ce soit pour des séries rapides de 4 ou 5 écarts. Et son enthousiasme de retrouver les coursières a séduit. Quant à son ainé  Ramuncho, 16 écarts, il a confirmé ses progrès comme chef, sachant payer de sa personne  avec son cachet personnel,  sachant placer les jeunes,  leur donner confiance. Une paire qui sera souvent majeure. 

Marc-Henri, 15 écarts, reste le pilier sérieux sur qui on peut compter, tout comme d’ailleurs Durou, 14 écarts, les deux présents devant les bêtes les plus difficiles et sachant fort convenablement tirer leur épingle du jeu,  malgré des touches qui marquent parfois durement. Deyres, 9 écarts,  se montre quant à lui plus effacé. Duplat, malgré la difficulté et le danger, réussit 3 sauts périlleux et un saut de l’ange. Il aida aussi  Dulucq à l’entrainement, ce dernier déjà en grande forme. Lux, bien que relevant de grippe, a tenu parfaitement la corde,  mettant en confiance tous les hommes. 

Au total la cuadrilla  Ramuncho fit la preuve qu’elle est bien armée  pour attaquer la temporada 68. Elle nous apparut, et encore il manquait Bourdette,  plus mûrie  que l’an passé,  bien que la moyenne d’âge  n’avoisine que 24 ans. A elle de nous confirmer la bonne impression  devant du bétail idéal et de prouver ensuite qu’elle est solide, car la saison s’annonce particulièrement longue et rude. 

En Dehen  (tranmis par le Toujousain)

Souvenirs... Souvenirs : Saint-Gor 6 Avril 1980

- Troupeau  Dargelos - Cuadrilla Marc-Henri      

En ce dimanche de Pâques ensoleillé mais frais,  le challenge de l'Armagnac reprenait à Saint-Gor avec le ganadero élusate  Francis Dargelos  et la cuadrilla de l'amollois Marc-Henri. Le règlement du challenge a évolué  mais on ne peut pas dire que ce soit dans la simplicité  ni dans un désir d'uniformisation  avec le challenge Landes-Béarn. La Joyeuse de Saint-Gor  elle n'a pas changé  et entamait la première marche cazérienne sous la  direction du toujours jeune  Mr Betuing. Le ganadero Dargelos   avait enfermé dans les loges un lot de bêtes assez sérieux : Carmencita, Gastoncita, Paola, Armagnacaise,  Catalina, Riviera, Néracaise réservée aux évolutions d’Arthur champion de France des sauteurs, Maravilla hors challenge, et une nouvelle.

Jean-Claude Deyres 29 écarts, celui que tout le public réclame, devait  être le plus prolixe d’écarts  devant sa partenaire favorite Armagnacaise.  Jean-Claude retrouvait aussitôt le rythme  de la temporada 1979,  animant  le spectacle, sachant faire bouger le public en sa faveur  ou en sa défaveur. Il nous gratifia de quelques bonnes suertes  dont 2 ou 3 fameuses à genou. Très en forme en ce début de saison il devait affronter en mano à mano  une Catalina des meilleurs jours. 

Marc-Henri 17 écarts : l’amollois devenu chef de cuadrilla  devait nous offrir deux mano à mano avec son frère  Janick face à une Gastoncita déjà bien en jambe, avec une présentation impeccable jusqu’à une finition  d’écart sans bavure. Quel plaisir de voir Marc tromper les coursières  sans perdre un pouce de terrain. Deux intérieurs de bonne facture face à Gastoncita,  un relais devant Riviera. On eut aimé le voir un peu plus. 

Lafitte 15 écarts, du bon avec ce jeune écarteur. Attendant jusqu’au dernier moment  il nous offrit un travail agréable devant Catalina et Riviera. Durant la saison il devrait nous valoir quelques satisfactions. 

Janick 12  écarts : le jeune amollois alterna le bon et le moyen,  trois mano à mano dont deux face à Gastoncita avec son frère. Quand il pourra maîtriser  une jambe droite qui s’écarte à la fin de sa figure, Jannick reviendra  à son meilleur niveau. La saison ne fait que commencer  et le petit amollois  doit offrir  une temporada 80 excellente à tous ses nombreux amis.

Après une saison 79 amputée à cause d’une blessure,  Rachou avec 12  écarts fut un peu décevant  malgré 3 intérieurs  face à une vive Paola. On espérait un peu mieux du jeune écarteur, mais quand il aura repris le rythme, du travail de qualité en perspective. Un manque qu’il lui faudrait combler : le saut d’appel. 

Tauzia 12  écarts, du bon et du moins bon, en petite forme. Bidaubayle 2 écarts, Serge 1 écart plus la nouvelle. Deux jeunes qu’il faudra revoir. Pour Serge bon travail devant une nouvelle agréable. 

Arthur :  toute la gamme des sauts  au-dessus d’une Néracaise peu en forme, vache la plus faible du lot. Le trio des hommes en blanc sans reproche. 

A la pitrangle  Lafargue et Dauga, Laterrade comptabilisateur, Garros délégué sportif, Mirambet stagiaire. Au micro Roger Lafitte  déjà en forme. 

Pour le challenge de l’armagnac 324,12 pts   

J Manciet (transmis par Le Toujousain)     

Souvenirs... Souvenirs : Gamarde 16 Mars 1980

- Ducassou enlève la première de la temporada.

Public moyen, piste impeccable, température fraiche, ambiance musicale excellente avec l'harmonie de Mugron.

Jurés : Domenger, Cuzacq, Laulhé. Speaker : Jean Lalanne

C'est par un temps inespéré que s'est déroulée cette course inscrite au programme de la fête du club taurin de Gamarde. Le ganadero Larrouture fidèle à la plaza de Gamarde avait enfermé dans les loges un lot sérieux avec dans l'ordre de passage en piste : Marciacaise, Marcilla, Buendia, Montagnita, Montanègra, Claudia, Hardilla, Didiera pour le sauteur et une nouvelle sans corde. Montanègra, Buendia, Claudia et Hardilla dominèrent les débats.

La cuadrilla Michel II défila presque au complet, Didier Bordes effectuant sa rentrée, tandis que Gilles Destouroune était en renfort pour pallier l'absence de Roger Bernet encore convalescent.

Michel II le chef consciencieux que l'on connait dirigea la course avec sa maestria habituelle, conseillant les jeunes nouveaux venus dans sa cuadrilla. Dulau réalisa le plus grand nombre d'écarts avec comme partenaires Montanégra et Marcilla, attaquant bien dans l'axe et tournant au plus près. Bonne journée pour le torero d'Aubagnan.

Gilbert Ducassou - Hardilla : un beau duo qui nous gratifia de très bons écarts du vice-champion de France. Il enlève la coupe du bar Chaperon pour avoir réalisé la meilleure moyenne. Jean-Michel Théodore dans son style agréable s'expliqua avec une Claudia rapide et bien en course. Bien conseillé et bien encouragé, Jean-Michel fera parler de lui cette temporada. Gilles Destouroune jeune torero se tirant fort bien d'affaire, affrontant les coursières les plus redoutables avec une énergie peu commune. Didier Bordes tournant quelques écarts pour le plus grand plaisir du public, dans son style de champion. Michel Agruna cueilli à froid par Marciacaise se contenta d'aider ses camarades. Christian Saint-Martin sera à revoir dans une prochaine course car aujourd'hui il n'y avait pas de place pour lui. Balo au-dessus de Didierra très coopérative s'envola pour toute la gamme des sauts. Jacques Théau et José Bats en bonne forme, Maxime réalisant un excellent parcours au bout de la ficelle.

Une course bien dans la tradition du club taurin gamardais comme l'a souligné Jacques Labernède président du club lors du vin d'honneur.

Les écarts :  Dulau 37, Ducassou 21, Théodore 17, Michel II 14, Bordes 12, Destouroune 16, Agruna 9, Saint-Martin 4.

Janssen (transmis par le Toujousain)

Souvenirs... Souvenirs... école taurine 1980

- Course landaise pas morte ! une jeune débutante à l'école taurine

Les jeunes de l'école taurine avec un LESTAGE énergique et décidé, de la bonne graine. Un SARRAUTE devant déceler toutes les ficelles de ce dur métier de torero. LUGAT vif, GIL bon, MAXIME (bon sang ne saurait mentir) sous la conduite de YANSSEN conseiller technique, les acteurs s'initiaient à la subtilité de la feinte et de l'écart en cet après-midi frisquet du 5 Avril 1980 sur le sable de la Mecque. La leçon touchait à sa fin, et surprise les spectateurs présents virent s'avancer à l'entrée du refuge un minois féminin ayant troqué sa robe pour un jeans de combat. L'obstacle paraissait dur à franchir pour quitter la barrière salvatrice et s'avancer crânement au milieu de l'arène. Les dernières craintes furent vaincues et CHRISTINE fit ses deux premières présences. La peur la tenaillait bien sûr mais le pari était gagné. Lors de la prochaine séance l'éxecution complète de la figure sera certainement dessinée. Comme quoi le journalisme mène à tout et voilà un rival qui peut être dangereux un jour pour nos pantalons blancs.

Chi Lo Sa J S (transmis par Le Toujousain)

Souvenirs... Souvenirs... Le Houga 24 Mars 1968

C'était hier... souvenirs souvenirs... Cette nouvelle rubrique devrait rappeler des souvenirs aux anciens et faire découvrir aux plus jeunes ce qu'était la course autrefois. Chaque article traitera d'une ganaderia différente et tous ces articles sont extraits de l'ancienne "Tuile",  un journal regretté  par beaucoup d'entre nous. Je vous propose aujourd'hui une course au Houga le 24 mars 1968 avec le troupeau Pabon.

" Malgré l'absence du grand soleil, temps agréable malgré tout pour cette première course landaise mixte dans le Gers organisée par les pompiers. Oui les pompiers du Gers ont fêté dignement la sainte Barbe, avec tout d'abord un banquet amical servi chez Zezé et ensuite par une course landaise donnée par les éléments de notre sympathique ganadero aturin Raoul Pabon et par les hommes de la cuadrilla Lavigne II, le vétéran des écarteurs landais. Le Houga est lié depuis longtemps par une amitié sincère à Raoul Pabon, aussi ce dernier n'avait pas hésité à engager ce jour, en plaza folgarienne, du joli bétail et de circonstance, pas trop dur mais rapide, permettant aux hommes de Raymond Lavigne d'exécuter durant le spectacle 102 écarts pour 224 points et douze sauts ordinaires de Ramos.  Je vous ferai grâce des autorités à la table de pointage, Ernesto et le trésorier de service, au micro Roger Lafitte bien connu dans les milieux taurins. Non loin de nous, toujours les purs, les trois sages Cazade, Dupouy et Lafitte, ainsi que le Passant, son gendre et Maurice Lafitte de Toujouse. La Renaissance Estangoise, direction Descat, nous amena cette belle cuadrilla de deuxième zone composée aujourd'hui de Raymond Lavigne, Garbay, Manuel Garcia, Daugreih,  Gantois, Lalanne, Ramos sauteur, Popaul Deyris entraîneur, et naturellement Raoul Pabon à la corde. Dans les loges : Passiega, Tosca, une nouvelle qui sera à revoir, Colita, Golondrina pour Ramos, Amanda et enfin Ratona pour les charlots. Dommage que le public n'ait répondu qu'en partie à l'appel des soldats du feu car cette course fut bonne dans l'ensemble. Joli bétail je le répète, assez bon travail de tous les hommes mais surtout de Manuel Garcia qui fut le héros de cette journée avec 30 écarts pour 76 points. Garcia n'est plus un inconnu puisque nous l'avons vu exécuter quelques écarts l'année dernière dans certaines courses du Gers et des Landes, c'est un garçon très sympathique qui travaille à Aignan à la coopérative, membre de la société musicale d'Aignan et reconnu comme un trompettiste de grande valeur. Et disons  que s'il continue dans la voie de l'aficion il deviendra un torero de classe, nous le souhaitons de tout cœur. Puis s'ajoute à ce palmarès Daugreilh qui fut admirable lui aussi dans ses 19 écarts pour 43 points. Daugreilh a une très bonne présentation. Très nerveux, il tourne très vite et à bon escient. Lavigne II, le brave Raymond, se présenta simplement devant Passiega aux deux sorties et devant la nouvelle, 20 écarts classiques pour 36 points. Garbay, toujours avec la même volonté -il est vrai qu'il y avait des cazériens sur les gradins- exécuta devant Tosca et Colina 17 écarts pour 34 points. Nombreuses primes de ses amis. Lalanne, volontaire également, 11 écarts dont deux très beaux devant Tosca. Enfin Gantois, qui aurait certes des moyens, mais auquel il manque toujours quelque chose de nécessaire pour une meilleure réussite, 8 écarts pour 19 points malgré tout. Ramos fut moyen avec Ratona. Quant au nommé Cazade d'Aire sur l'Adour il fut aussi malheureux dans le rôle de charlot que dans le rôle de sauteur. Bon entraînement. Quant à la corde, mission accomplie. En résumé, bonne course mixte, 470 francs de primes aux écarteurs, bonne ambiance maintenue par la société musicale d'Estang et par la speaker Roger Lafitte. Mes remerciements aux pompiers du Houga pour l' accueil qui m'a été réservé.

Ernesto (article tranmis par le Toujousain)

Souvenirs... Souvenirs... Serres-Gaston 30 Mars 1968

Fin de semaine à la pluie, un dimanche sans soleil et  un peu froid qui semblait vouloir freiner l'ambiance. Cependant vers seize heures trente,  les arènes étaient presque garnies. Nous retiendrons en premier lieu quinze écarts  en dedans  de Pierrot  dans ses trente présences,  tandis que notre petit champion Christian Darracq  passait quarante deux fois avec une bonne moyenne.  Cent seize écarts  au total plus les sauts,  dont un périlleux réussi de Bertin. Bétail nerveux, Didiera toujours aussi belle, Bourrega qui bourre dur,  un peu de déception de notre sympathique président André Lamaison qui a eu beaucoup de mérite. En conclusion : course modeste mais très acceptable  pour un début de saison. 

En première position Darracq II,  quarante deux écarts, il écarta toutes les vaches. Nous retiendrons deux bonnes séries devant Tursana et Bourrega.  Toujours très volontaire  et sûr de lui malgré une dure touche, Pierrot Larrère trente écarts,  il m'a fait penser à Eloi Nougaro  présent sur les gradins.  Pierrot a je crois à Serres Gaston conquis l'arène car pour tourner une fois sur deux en dedans il faut de l'œil et du cran. Espérons pour lui  et pour nous qu'il améliorera toujours sa présentation et ses suertes en dedans. Très bon début. René Darracq treize écarts  dont dix à Bourrega, vieille pensionnaire, difficile,  qui faillit le mettre hors combat. Il se vengea aussitôt en réalisant un très joli écart. Barrère et Dufau arrivent ensuite avec onze écarts chacun, un peu avec Didiera et Carina, ce n était pas encore leur jour. Saint- Martin six écarts  dont cinq  à la nouvelle qui promet, avec un peu plus de temps,  de gabarit et de combativité. Laffiteau avec trois écarts aida à l'entraînement. Jeannot exécuta trois sauts au-dessus de Chiquita tandis que Bertin troisième ligne de l'asm s'envolait pour trois sauts périlleux dont un supérieur. Ceci dit très bonne présentation du bétail.  Mazzantini reste en forme  sans oublier André Descazaux  excellent entraîneur. 

Ces cent seize écarts et six sauts ont été contrôlés  par Messieurs Bordes d'Hagetmau, Samadet de Lescar et Roger de Mant. Aux finances les fils Candau et Pabon. Au micro l'intarissable Fernand Balancie  accrochait parfois au passage un certain copain. 

Avant de clore mon modeste récit il me reste à remercier  au nom du journal et pour la course landaise le dynamique organisateur, le président A Lamaison, le maire J Tauziet  dont l'aide est précieuse, et tous ces  braves amis de Serres-Gaston qui méritent notre reconnaissance  tauromachique.    

Roger (transmis par le Toujousain)

 

 Voir PAGE 2 (pagination ci-dessous)

Commentaires (7)

georges
  • 1. georges | 09/10/2016
Bien sûr Monsieur Puzos qu'il faut maintenir cette rubrique !
Georges Clot
zazou
  • 2. zazou | 24/09/2016
Pour ma part je suis fan surtout de voir les noms de certaines coursières que j'ai connues au campo quand tonton en était le vacher (Espéranza et autres de chez Latapy). Il me tarde de monter dans les années pour que les souvenirs me reviennent.
Mathieu Minvielle
darmaillac francis
  • 3. darmaillac francis | 28/05/2016
BONSOIR,

POUVEZ VOUS ME DIRE QUI EST CETTE CHRISTINE DEBUTANTE A POMAREZ EN 1980 ?
QU EST ELLE DEVENUE ?
MERCI ET CORDIALEMENT,
PACO
MichelPuzos
  • 4. MichelPuzos | 05/01/2015
Nous avons décidé avec Alain Lamothe (Le Toujousain) de reprendre cette rubrique. Alain en aura la responsabilité et le choix des comptes-rendus. Cette rubrique sera certainement déplacée afin de mieux la mettre en valeur.
esambk
  • 5. esambk | 05/01/2015
C'est avec beaucoup de plaisir et d'attention que j'ai parcouru ces comptes rendus d'antan. A leur lecture j' ai ressenti la passion, la générosité et la simplicité. Alors, s'agit-il de nostalgie, de vérité ou tout simplement n'est-ce pas le mode d'écriture qui réveille en moi ces qualificatifs ?
En conclusion j'apprécie cette rubrique qui remonte le temps et ravive des souvenirs.
Bernard LABAT
MichelPuzos
  • 6. MichelPuzos | 04/01/2015
Nous avions abandonné cette rubrique ne sachant pas trop si elle intéressait nos lecteurs. Elle pourrait-être reprise durant la saison morte... donnez-nous votre avis là-dessus.
larrede
  • 7. larrede | 31/01/2012
Superbe initiative de voir ces comptes-rendu de courses anciennes, encore bravo pour le site, et on commence à s'habituer. Merci MICHEL et à très vite

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/03/2017