Le Billet du Jour. Il y a 50 ans : le vétéran et le nouveau venu

 

Michel Puzos  Le Billet du Jour

Je m'amuse à relire parfois quelques publications du temps passé, j'y retrouve bien sûr des souvenirs, je me remémore quelques personnages illustres et quelques évènements qui ont fait la richesse et la grandeur de la course landaise. Parfois, je lis aussi des choses amusantes... par exemple cet artiche signé Ener en 1967, qui me rappelle que c'est en 1967, voici donc 50 ans, que j'ai écrit mes premiers articles pour la "Tuile". Je vous en fait part aujourd'hui et je m'autoriserai un petit commentaire à sa suite.

Ener (René Gaujous) écrivait ceci : " La temporada finissante nous laisse bien des joies, mais pour moi, ce qui l'emporte sur tous les motifs d'espérance, c'est le renouveau de la jeunesse de notre jeu landais. Voir à Amou 21 jeunes écarteurs en herbe fouler le redondel de la Técouère, n'est-ce pas le fait du jour...... Mais à côté des écarteurs, ce renouveau de jeunesse se retrouve lui aussi dans les gradins, puisque ce même jour, à bien observer le public présent, on pouvait y apercevoir de nombreux visages juvéniles, filles ou garçons, toujours prêts à s'enflammer. Ce renouveau de jeunesse on le retrouve aussi parmi les correspondants de la vieille "Tuile", et nous saluons ici avec infiniment de plaisir la plume de notre jeune ami Michel Puzos. Perdu dans la région girondine où la vigne et le pin cohabitent fraternellement, notre jeune aficionado rêve déjà aux joutes épiques des arènes du Gers et des Landes, avec l'espoir de voir la course landaise venir un jour en son pays natal. Ce sport landais il le défend avec une belle flamme et l'enthousiasme de ses vingt ans....... Chère vieille "Tuile", voici que nous voyons dans tes colonnes le vétéran Raoul Mauvezin et le nouveau venu Michel Puzos chanter les mêmes louanges de notre sport ancestral. N'est ce pas le gage de l'éternelle jeunesse du jeu de la feinte et de l'écart".

Ce texte retrouvé me pince un peu le coeur et me fait sourire en même temps... car 50 ans ont passé, et voilà que le jeune et nouveau venu Michel Puzos est devenu à son tour le vétéran. Ma flamme n'a pas disparu, mon enthousiasme pour la course landaise non plus, mais je suis heureux de voir que le soleil continue de mûrir en nos vignes les grappes aux grains dorés, et que notre vieille terre de Gascogne promet elle aussi les fruits de notre passion. Comme Ener l'a fait en son temps, je salue les jeunes et nouveaux venus : Aurélien, Tiffany, Thomas, Hugo, Jérôme, Maéva, Quentin, et bien d'autres encore qui ont pour la course landaise le même amour que je lui portais voici 50 ans.