Le Billet du Jour : De l'ombre à la lumière, soyons acteur plutôt que spectateur

Mercredi 26 Novembre

Quoique un peu déçu, je n’ai pas été totalement surpris à la lecture du bulletin d’informations n°9 de Michel Puzos.

J’attendais quelques statistiques concernant les lecteurs de CLM mais je ne me faisais guère d’illusions. En effet, dans le genre, on sait que peu de rugbymen lisent le Midol, peu de cyclistes lisent Vélomag, etc… Comme je l’ai souvent entendu « comme cela on n'est pas déçu par les critiques…. on n'a pas à se justifier… on n'entre pas dans la polémique…» en quelques mots « on reste au chaud dans notre bulle bien dorée » ou pour faire plus court « courage, fuyons ».

Un tiers des acteurs lisent CLM ; c’est plutôt réconfortant et souhaitons qu’ils en parlent aux autres. Et si Michel veut bien me donner la liste en Off, je m’arrangerai pour leur lancer des fleurs au passage ; s’ils le méritent, bien entendu. Quant aux autres, la voie est libre pour toutes critiques circonstanciées, et justifiées quand même ; ne soyons pas mesquins ou revanchards.

S’agissant des ganaderos, pas de surprise là non plus. Je pense savoir quel est celui (ou celle) de formelle qui nous lit, et je l’en félicite. Pour les autres, ils n’auront pas à se justifier si on les égratigne un peu pendant la saison coursayre.

Ceux qui me déçoivent davantage sont les présidents de comités, les maires de nos villages qui se disent très coursayres la veille de la fête patronale, et qui le reste de la saison se contentent de quelques entrefilets dans le journal Sud-Ouest, assistent en retour à la course du village voisin pour ne pas rompre avec les bonnes manières.

Cependant, Michel n’a pas livré de statistiques concernant les membres du conseil d’administration de la Fédération. J’espère que nos représentants à la plus haute instance nous lisent de temps en temps, car si l’on veut être un responsable efficace et écouté, la curiosité reste l’élément moteur de l’engagement que l’on se doit de respecter. Aussi, l’on devrait s’engager à voir, écouter mais aussi à lire et répondre parfois à tout ce qui se regarde, s’entend et s’écrit et notamment sur CLM. J’ai été pendant plusieurs années et jusqu’à pas longtemps membre actif d’un comité d’organisation d’une des plus grandes manifestations de course à pied internationale, et je me souviens que l’on payait très cher (j’étais trésorier) une société pour connaître tout ce qui se disait et s’écrivait sur notre belle organisation dans la presse française mais aussi étrangère. A la vue et à la lecture de cette mine d’informations, nous progressions. En 10 ans, nous étions passés de 9000 coureurs pour aujourd’hui compter 30000 partants en améliorant constamment nos prestations mais aussi notre communication. Imaginez un instant que nos arènes soient trop petites, qu’il faille multiplier le nombre de courses, de ganaderos, de cuadrillas, d’écarteurs qui deviendraient de véritables professionnels tentés de s’expatrier à Monaco ou en Suisse pour planquer non pas leurs primes mais leurs gros salaires…. Je vous le concède, ce n’est pas ce qu’il faut espérer de notre course landaise bien enracinée dans son histoire, sa culture, ses habitudes aussi.

Mais CLM, et je rejoins Michel, est fait avant tout chose pour tous les coursayres ; ceux de passage mais surtout ceux qui ont la passion chevillée au corps et qui trouvent intérêt à cultiver cette passion chaque semaine, et pour certains chaque jour.

Ils sont nombreux, mais là aussi j’ai un regret ou plutôt un souhait. Je pense et je l’ai écrit à Michel, que CLM manque de fond c'est-à-dire d’articles, billets comme on le dit, mais aussi de commentaires. L’objectif n’est pas de rentrer dans une polémique incontrôlée, et là, je fais confiance à Michel, mais de susciter des commentaires après telle ou telle course, tel ou tel écarteur, sauteur etc… de donner un avis sur le bétail etc… etc… Je pense qu’il y a matière à écrire et à dire les choses sans envenimer le discours.

A la demande de Michel, j’ai rejoint CLM avant l’été et je ne le regrette pas, car j’ai beaucoup appris en lisant les comptes-rendus des courses, en regardant les vidéos, les photos remarquables (on n'en parle pas assez) etc… mais il me manque les commentaires.
Je retiendrai cette année le coup de sang justifié de Gilbert Dubernet, président de la commission course landaise d’Hagetmau, les articles très bien rédigés de Maria Terrak, le coup de cœur de Thomas Lamagnère pour Rémi Lapos, les analyses alambiquées d’Armel Lacaule, mais aussi les commentaires de Yves Hontang qui écrit sa passion de l’instant, et tous les autres qui me font aimer la course landaise malgré mon absence ou mon manque flagrant du terrain.

Il n’est pas encore temps de faire des vœux mais je formulerai celui-ci le 1er janvier 2015 : pour que la grande famille de la course landaise nous rejoigne l’an prochain, nous coursayres, soyons acteurs de notre passion et pas seulement de simples spectateurs.

A bientôt de vous lire.


Bernard Galin

Commentaires

  • Les_amies_coursayres
    • 1. Les_amies_coursayres Le 02/12/2014
    Merci pour ton compliment Bernard, de ta plume cela m'honore.
    D'origine Picarde, j'ai rencontré la course landaise il y a trois ans lors de mes vacances d'été dans le Gers. Résultat: un coup de foudre, une évidence au coeur des arènes de Montréal. Repartie en Picardie, je me suis nourrie des articles, des vidéos, des comptes-rendus de CLM. Cela m'a permis de cultiver cette passion naissante, semaine après semaine, jusqu'au retour de l'été. La spectatrice n'a depuis jamais cessé de questionner cette tradition et cet Art. Actuellement le moteur de ma passion, c'est de transmettre mes émotions, mon ressenti pour témoigner, participer et partager les valeurs coursayres que j'ai ainsi découvertes et que j'ai fait miennes. Alors, lorsque Michel m'a proposé de publier mes écrits, c'était une évidence. Lorsque l'on a le privilège d'une passion chevillée au corps, on se doit de lui rendre ce qu'elle nous apporte, en devenant acteur.
    Soyons optimistes et sachons communiquer notre enthousiasme et notre respect de tous en toute transparence.
    Maria Terrak
  • MichelPuzos
    • 2. MichelPuzos Le 30/11/2014
    Réponse à Bernard Galin : Maria Terrak fera le compte-rendu de la conférence de Villeneuve dès lundi. Conférence très intéressante (bravo au club taurin et à Céline Laffargue pour l'organisation, le contenu et l'accueil).
  • NARTICHE
    • 3. NARTICHE Le 30/11/2014
    Je vous remercie pour vos commentaires. La question méritait peut-être d'être posée par le novice que je suis et les réponses sont sans appel. Techniquement d'abord, Michel nous l'a expliqué, et puis le bon sens et la raison l'emportent et c'est heureux dans notre société. Chacun doit assumer ses actes, paroles et écrits ; je vous rejoins bien entendu et tous les lecteurs de CLM aussi puisque personne ne s'est manifesté pour l'anonymat ; donc, résolution adoptée à l'unanimité.
    Si Michel ou un autre lecteur peut nous écrire quelques mots sur la conférence "le bétail en course landaise" qui s'est déroulée vendredi à Villeneuve avec la présence de Madame Cathy Agruna et d'acteurs, je suis preneur car le sujet était digne d'intérêt.
    Merci
    Bernard Galin
  • 20100
    Oui d'accord Michel !
    Mais ce que j'ai écrit marche pour tous les propos qu'ils soient ici ou ailleurs !
    Merci d'ailleurs pour avoir résolu le souci des commentaires que nous avons pu connaître ici à une certaine époque ! ^^
    Vincent Moulia
  • MichelPuzos
    • 5. MichelPuzos Le 30/11/2014
    Comme je l'ai expliqué, mais je le redis une fois encore, le nom de celui qui publie un message, en lien avec son login, est automatiquement affiché. La question de l'anonymat ne se pose donc pas. Ce n'est plus une question de choix, c'est une question "technique".
  • yves40
    • 6. yves40 Le 30/11/2014
    cher bernard !!!!! chapeau pour ce billet du jour, pour lequel je suis tout à fait d'accord, mais il y a une chose où je rejoints vincent moulia c'est sur l'anonymat ou le pseudo appelez le comme vous voulez, on assume ce que l'on écrit, je sais que certains de mes commentaires dérangent et alors !!!! il n'y a que la vérité qui blesse, chez moi, mes parents m'ont appris la politesse, le respect envers les autres et surtout de dire la vérité, et c'est ce que certaines personnes coursayres ou pas n'ont pas compris ou ne veulent pas comprendre. On peut dire ce que l'on pense, nous sommes en démocratie je pense !!!! Je reçois des coups de pieds sur les gradins ou en dehors, mais par des personnes qui se disent coursayres quand la course est chez eux ou dans les communes voisines pour rendre la monnaie de leur pièce, moi tout ce que je peux vous dire j'aime la course landaise, j'ai de très bonnes relations avec tous les acteurs et tous les ganaderos et cela ne changera pas, et mon nom sera affiché, bonne temporada 2015 à toutes et à tous. hontang Yves
    Yves Hontang
  • 20100
    En quelque mots seulement je poursuivrai mon opinion en disant simplement : NON à l'Anonymat !
    Lorsque l'on dit quelque chose, quand on exprime une opinion, une idée, un avis, un commentaire, un jugement etc, c'est un acte réfléchi et mûri (parfois longuement, d'autres fois pas suffisamment) donc c'est un acte qui doit être assumé ! et assumé à fond !
    Si l'on n'assume pas ses propres paroles alors à quoi bon les dire ? Autant fermer sa... se taire et tourner sa langue un peu plus longtemps dans sa bouche.
    Une parole se doit d'être voulue, désirée...
    Alors Non à l'Anonymat et puis c'est tout ! Il y en a marre de cette société ou le politiquement correct remplace trop souvent la franchise et l'honnêteté !!!
    Un peu de courage bon sang !
    Vincent Moulia
  • MichelPuzos
    • 8. MichelPuzos Le 27/11/2014
    Je suis favorable moi aussi à la liberté d'expression, mais par expérience, je sais que sous couvert d'anonymat les critiques, mais plus encore les calomnies, sont chose courante, et nous en avons fait parfois l'amère expérience.
    Actuellement le problème est différent, et ce n'est pas un problème de conscience, c'est un problème technique. Lorsque le commentaire est publié, le nom qui correspond au login s'affiche automatiquement au-dessous de la publication. Si le nom est déjà écrit il y a transparence et le nom ne s'écrit qu'une fois. Sur la plate-forme de travail, ce sont des fenêtres, placées les unes au-dessous des autres, qui remplissent cette mission. Fenêtre haut l'avatar (ou pas), le login et la date... Fenêtre du centre le corps du message... Fenêtre du bas le nom de l'expéditeur du message.
  • NARTICHE
    • 9. NARTICHE Le 27/11/2014
    Bonjour,
    Je rejoins Vincent Moulia quand il écrit qu'il ne faut pas laisser place, aux commentaires abusifs, à la méchanceté et à tout autre dérapage non contrôlé.
    Le garant ou le garde-fou du site reste bien Michel Puzos.
    CLM permet aujourd'hui d’écrire sous l’identité de l’auteur. La décision appartient à Michel de publier ou pas le commentaire, billet du jour etc… après avoir pris contact par courriel avec l’auteur pour des explications ou des éclaircissements si nécessaires.

    Je suis favorable à la liberté d’expression si chèrement gagnée par nos aînés et fais une proposition à Michel qui me parait intéressante en posant une question.
    Dans le cas où un coursayre, acteur, ganadéro, etc… souhaite faire un commentaire publiable mais demande à garder l’anonymat pour des raisons personnelles qui peuvent être diverses et compréhensibles, je pense qu’il faut autoriser la publication de son écrit sous couvert du pseudo. Qu’en pensez-vous Michel ?
    Cela permettrait à beaucoup de nos lecteurs de donner leurs avis, commentaires, sentiments, etc… et de ne pas craindre d’être alpagué etc… le weekend suivant sur les gradins des arènes ou sur la place publique. Pour ma part, je ne risque rien et il faudra attendre le mois de juillet pour m’en parler de vive voix à Nogaro ou à Laurède.
    Je pense que la solution est là. L’anonymat n’a pas que du mauvais et permet à tous de s’exprimer en toute honnêteté puisque Michel veille au grain.
    Bernard Galin
  • MichelPuzos
    • 10. MichelPuzos Le 27/11/2014
    Vincent a parfaitement expliqué la situation concernant les commentaires. Je préciserai que la transparence ne pose plus de problème aujourd'hui puisque la simple publication d'un commentaire entraîne automatiquement la signature de son auteur. (Sauf si le pseudo qui a été choisi correspond au nom et au prénom du signataire)
  • MichelPuzos
    • 11. MichelPuzos Le 27/11/2014
    15 "spectateurs" à convaincre et à intéresser... pour quelques uns la tâche est possible... pour d'autres, même avec un réel optimiste, je crois que c'est "Mission impossible"
  • 20100
    • 12. 20100 Le 27/11/2014
    Cher Bernard,
    Jolie analyse et très bel appel à la mobilisation générale !
    Je suis tout à fait d'accord sur tout ce que vous dites, mais, une petite remarque tout de même... Appeler les coursayres à commenter les compte-rendus c'est ouvrir la porte à ce que Michel a beaucoup combattu et combat encore dans l'ombre : les commentaires abusifs et méchants.
    Alors oui aux commentaires intelligents et réfléchis mais aussi oui à l'ouverture d'esprit (on peut avoir vu la même course et avoir deux points de vue différents sans pour autant s'emporter et écrire n'importe quoi sans réfléchir...)
    En tous cas, merci pour vos billets si bien calibrés et merci à toute l'équipe de rédactrices et rédacteurs sans qui je ne passerais pas de si bons moments en parcourant CLM, MERCI !
    Vincent Moulia
  • NARTICHE
    • 13. NARTICHE Le 27/11/2014
    In fine, plus de spectateurs que d'acteurs composent le conseil d'administration de la FFCL.
    C'est encourageant pour 2015 où il nous restera une quinzaine de spectateurs à motiver et à convaincre de monter sur les planches ou en haut de l'escalot ; c'est plus coursayre.

    Bernard Galin
  • MichelPuzos
    • 14. MichelPuzos Le 27/11/2014
    Cher Bernard Galin, je vous communiquerai les statistiques complètes d'ici quelques jours... c'est un avantage considérable, depuis que nous avons mis en place en février-mars les inscriptions. Pour ce qui est de la FFCL, si mes souvenirs sont exacts, le conseil d'administration comprend 27 membres. Combien d'entre eux nous lisent demandez-vous ? La réponse est 12. Voilà mon cher Bernard la statistique qui pourra vous intéresser.