Qui sommes-nous ?

Le Sud-Ouest de la France est fidèle à ses traditions taurines : course landaise, course à la cocarde, jeux taurins, encierros, novilladas et corridas... Chaque village, le plus petit soit-il, inscrit au programme de ses fêtes une ou plusieurs manifestations taurines, et c'est à cette occasion que se retrouvent ceux que l'on appelle tauromaches, aficionados ou coursayres. Mais au-delà de leur passion pour une tradition ancestrale, c'est aussi le sens de la fête et de la convivialité qu'ils viennent célébrer.

Tous les ans, à l'occasion de vacances ou de passages dans notre région, dans le pays dacquois, dans le Gers, ou sur la côte atlantique, vous êtes aussi un très grand nombre à découvrir les spectacles taurins. La plupart du temps vous vous faites une idée bien différente de ce que véhiculent certains médias. Car pour juger il faut connaître, et ceux qui découvrent nos ferias et nos traditions ont ensuite une toute autre opinion.

Course Landaise Magazine vous informe sur toute l'actualité de la course landaise et vous propose de mieux la connaître au travers de documents pédagogiques, d'articles, de photos, de videos... dans le "Magazine Coursayre" et dans ses "Pages Culture".

La passion du bétail, l'attachement à des combats qui magnifient l'art et le courage, la défense d'une identité qui fait notre histoire et notre âme.... c'est ce que nous défendons.

Nous vous souhaitons la bienvenue sur Course Landaise Magazine et une bonne navigation tout au long de nos pages.

Administrateur : Michel Puzos

Ils vous informent chaque jour de l'actualité coursayre 

Editoriaux     Armel Lacaule Bernard Galin Michel Puzos Armel Lacaule - Bernard Galin - Michel Puzos   Pages Culture     Maria Terrak Maria Terrak   

Rédaction      Aurélien Mondine Michel Puzos  Lucette Pomès Jacques Duplantier Le Toujousain Llydie Ducos Didier Baradat Maryse  Loïc Dudès Aurélien - Michel Puzos - Lucette Pomès - Jacques Duplantier - Le Toujousain - Lydie Ducos - Didier Baradat - Maryse -  Loïc Dudès    

Intervenants Reportages  Thomas Lamagnère    Sylvie Tourné Jacques Canteau Thomas Lamagnère - Eric Lesparre - Didier Goeytes - Sylvie Tourné - Jacques Canteau   

Photos     Jean-Claude Dupouy Jean-Marie Crampes Hadrien Gontero Jean Denis Clavé Michel Puzos   Jean-Claude Dupouy - Jean-Marie Crampes - Hadrien Gontero - Jean-Denis Clavé - Michel Puzos - Nicolas Lamagnère   

Vidéos     Aurélien Mondine Jean-Paul Lahitte Michel Puzos Aurélien - Jean-Paul Lahitte - Michel Puzos   


 

Le 5 juillet 2006, un nouveau site internet sur la course landaise (Au coeur de la course landaise) apparaissait sur la toile. Fort de ses 66 000 visiteurs et d'une progression régulière, il a rempli la mission qui était la sienne : parler de notre passion pour la course landaise, d'hier et d'aujourd'hui, partager cette passion avec d'autres passionnés, la faire découvrir aux profanes (et pour cela internet est un fantastique outil de vulgarisation)... et mettre sur le devant de la scène tous ceux qui en sont les acteurs et les organisateurs.

Le site, divisé à l'origine en 3 blogs aux objectifs différents, s'est transformé en 2012 en un seul site : "Course Landaise Magazine" que nous avons conçu comme un véritable magazine d'informations.

Pourquoi le site "Au coeur de la course landaise" a-t-il été créé ?

1967. Sous l'autorité de René Gaujous, président de l'amicale des clubs et vice-président de la Fédération Française de la Course Landaise, j'effectuais mes premiers pas dans le cercle de la presse tauromachique en tant que correspondant de « La Course Landaise » et de « Sud-Ouest » pour la Haute-Lande et la côte atlantique. Durant 15 années j'allais sillonner les routes des Landes et du Gers pour un "Tour des arènes" absolument féérique. Les étoiles d'alors s'appelaient Marcel Forsans, Christian Ramuncho, Guillaume Ramunchito, Michel Agruna, Henri Duplat et tant d'autres... 15 années de bonheur durant lesquelles j'allais rencontrer des personnages hauts en couleur, remarquables de savoir-faire, d'intelligence et d'humanité, de connaisance en matière de course, et qui pas à pas, côte à côte, traçaient le sillon du renouveau de la course landaise... C'est à cette époque que prirent vraiment leur essor la Fédération, les Challenges, l'Amicale des Clubs, le Championnat de France, le championnat des cuadrillas, l'élection de la Corne d'Or et du Cordier d'argent... bref, toute l'ossature de ce qu'est la Course Landaise aujourd'hui... 15 années durant lesquelles j'ai vibré à des exploits restés dans la légende : ces premiers championnats de France à Nogaro où l'aficion retenait son souffle, ces concours de Dax où s'élevaient des entrailles de l'arène des broncas terribles ou à l'inverse des tonnerres d'applaudissements et de bravos, ces premiers affrontements de Duplat, d'Agruna et de Ramunchito avec les taureaux... oui 15 années de bonheur, ponctuées de tous ces souvenirs de la piste, mais aussi de messages touchants, tel celui que le Ganadero Jo Maigret m'adressait quelque temps avant sa disparition le 6 Septembre 1972 : « pour tout ce que tu fais pour la course, ton dévouement, ton aficion, je te prie de croire cher Michel à l'assurance de ma meilleure amitié »... de la part d'un tel « monsieur », ces écrits valaient de l'or, et bien plus encore que toutes les reconnaissances officielles. 1969. J'entrais à la FFCL (présidée alors par Jacques Milliès-Lacroix) pour y représenter les jeunes aficionados et je présentais quelques mois plus tard un rapport dont quelques mesures ont encore cours aujourd'hui (carte jeunes, coupe de la courtoisie...)
Et puis en 1980, pour des raisons personnelles et professionnelles, le départ... et une longue période durant laquelle j'allais vérifier l'inexactitude du proverbe « loin des yeux loin du cœur ». Quand on a connu la course landaise, on ne peut l'oublier. Durant cette période il y eut ces anciens élèves tels Denis, Nicolas ou Fabien qui prirent le chemin des arènes et qui me raccrochèrent à la course sans difficulté... la joie et l'émotion sont sans pareille quand je les vois en piste... et puis la famille Labat qui fut toujours à mes côtés, et André Lux que je retrouvais régulièrement et dont je garderai toujours en mémoire son dernier salut de la main un jour de 2001... il nous quittait quelques jours plus tard. 2003... la retraite a sonné... un peu plus de temps à disposer, et voilà que revient cette envie de servir la course landaise. Le journal couleur tuile a disparu. « La Cazérienne » est somptueuse mais trop officielle à mon goût. Internet est aujourd'hui un nouveau média, en avant donc pour Internet... quelques semaines de participation sur deux sites, de belles satisfactions, quelques désaccords et pas mal de désagréments, et me voilà redevenu libre de mes mouvements.
Juillet 2006... à ce stade que faire ? redevenir un simple spectateur ? je relis alors ce que vient de m'écrire un acteur de la course landaise : « tu ne peux pas abandonner comme ça tes projets... la course landaise a besoin de personnes qui veulent s'investir pour elle »... cela ne flatte pas mon ego mais si vraiment l'on pense que je peux être utile alors c'est amplement suffisant pour me convaincre à poursuivre ma tache. Ma décision est prise : je crée un site course landaise. Mes connaissances informatiques sont limitées, tant pis je travaillerai jour et nuit s'il le faut.

Mercredi 5 juillet 2006 midi : le site est en ligne sur mes pages perso de ma messagerie et sur un annuaire web... je le référencerai plus tard... surprise à 18h : 68 personnes se sont déjà connectées sur mes pages... 68 raisons qui m'encouragent donc, malgré mes petits moyens, à foncer... Depuis, c'est vous en grand nombre qui avez dit par vos réactions et votre participation que ce site avait sa place pour faire vivre notre aficion... mais aussi pour faire connaître et aimer notre tradition, ce jeu de l'écart et du saut, cette démonstration de courage et d'authenticité devant des vaches de combat, ce spectacle plein de panache et d'émotion.

2009 : Course Landaise Magazine, c'est plus de 256 000 visiteurs, entre 400 et 500 quotidiennement durant la période d'hiver, plus de 800 durant la temporada.

2010, 2011 : notre progression est spectaculaire et nous dépassons à plusieurs reprises les 1000 visiteurs uniques. Notre équipe rédactionnelle s'est agrandie, notre travail est de plus en plus facilité par les organisateurs, que ce soit la Fédération, les comités régionaux, les clubs, les comités... l'idée qu'il faut méditiser les courses et donc accorder à la presse des moyens de travail plus adéquats qu'auparavant fait son chemin. Il reste encore à faire, tout n'est pas parfait.

2012 : Un peu à l'étroit sur notre hébergeur, nous émigrons sur e-monsite afin de disposer de fonctionnalités plus nombreuses. Ainsi Course Landaise Magazine devient un site à part entière, avec toujours deux parties bien distinctes : un magazine pour informer et une partie à caractère plus pédagogique pour ceux qui veulent découvrir la course landaise. La progression des consultations se poursuit, le nombre de visiteurs uniques ayant dépassé la barre des 1000 à plusieurs reprises. De nouveaux rédacteurs nous ont rejoint cette année encore pour partager notre cause, faire évoluer le site... et ménager le webmaster Rigolant

Notre nouvelle adresse : http://www.mpcourselandaise.com

Merci pour votre fidélité, pour l'intérêt que vous portez à notre travail : une tache qui demande beaucoup de temps et qui s'inscrit complètement dans le bénévolat. Bonne visite (ou "bon surf" pour reprendre une expression à la mode sur internet) sur "Course Landaise Magazine".Ce site est dédié à tous les acteurs de la course landaise et aux organisateurs de spectacles, car c'est grâce à eux, au courage des uns et au dévouement des autres, que nous pouvons vivre et partager notre aficion.

Ce blog je le dédie aussi à René Gaujous qui m'a entraîné en 1967 dans la belle aventure du journal "La Course Landaise", à Robert Castagnon qui m'a accordé sa confiance pour écrire dans "La Talenquère", et tout particulièrement à Guy Lamarque, mon cousin, écarteur en formelle chez Joseph Labat, avec qui j'ai partagé des moments inoubliables, dans la vie et dans l'arène, et qui nous a dit adieu le jour de ses 20 ans sur une route des Landes.

Toute ma gratitude à ceux qui m'ont fait découvrir et aimer cette tradition taurine du Sud-Ouest, et grâce à qui j'ai pu vivre tant de moments exaltants. Beaucoup ne sont plus là...

Et un grand merci également à tous ceux qui participent à la rédaction des articles et ceux qui me soutiennent dans mon entreprise.

Michel Puzos

Soutien à un ami

Michel Puzos vient de créer son site coursayre « Course Landaise Magazine » ; tout un programme. Au fil des jours, ce site s'étoffe avec des rubriques aussi intéressantes les unes que les autres. Michel est entré en course landaise comme on entre en religion en 1967 comme correspondant du journal «La Course Landaise» encouragé par René Gaujous alors vice-président de la FFCL. A partir de 1967 et durant 15 années, il nous a fait vivre sa passion au travers d'un nombre impressionnant d'articles, qu'il s'agisse de comptes-rendus de courses ou d'articles de fond. Trois années plus tard, je lui emboîtais le pas, encouragé moi aussi par René Gaujous.. Durant toutes ces années, nous avons bataillé ferme, chacun avec nos convictions et nos idées, parfois et souvent au grand dam des anciens qui ne nous ne faisaient pas de cadeaux. Cette époque est aujourd'hui révolue, les anciens reposent en paix et souvent nous évoquons avec beaucoup d'émotion leur personnalité. Parallèlement, Michel est entré à la FFCL en 1969 où il a siégé jusqu'en 1980. Après une longue traversée du désert, l'avènement de l'informatique lui a permis de renouer avec sa passion qui ne l'avait jamais quitté malgré une retraite en Sud Gironde depuis 2003. Et puis, plusieurs de ses anciens élèves avaient embrassé une carrière en course landaise. Nos chemins se sont séparés en raison de nos contraintes professionnelles durant de longues années et les hasards de la vie ont fait qu'ils se sont croisés de nouveau en 2005 toujours en Gironde. Maintenant, Michel Puzos, depuis le 5 juillet 2006 vole de ses propres ailes encouragé par beaucoup de personnes du mundillo dont certaines sont quand même une référence en la matière. Michel ne roule pour personne même si des liens très proches l'unissent à la famille Labat et ce depuis bien des années ; lui le deuxième fils d'Ida et du regretté Joseph, qui a vu grandir Jean-Pierre puis son fils Teddy sur les terres de Buglose qu'il connaît dans les moindres détails. Simplement, il roule pour la course landaise, sa passion et ce n'est déjà pas si mal. Michel, à l'heure où tu viens de porter sur les fonds baptismaux ce nouveau site, sache que mon soutien t'est acquis. Suerte pour la suite et bien amicalement.

Le 9 Octobre 2006

Michel Laurensan

 

Documents, photos et articles, ne peuvent être utilisés sans l'accord de leurs auteurs.

*****

 

*****

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 27/09/2017